Temps de lecture estimé : 3 minutes

Le 08 Mai dernier, soit trois jours avant la date officielle du processus de début de déconfinement annoncée par le Président de la République, le Président Gibbs rouvrait l’accès aux plages de Saint-Martin et à la baignade non sans y adjoindre les recommandations d’usage liées à la distanciation et aux gestes barrières.

Si les plages n’ont pas réellement été prises d’assaut, la décision avait fait grincé des dents puisque cet accès au bain était supposément conditionné par une analyse de la qualité des eaux de baignades réalisée traditionnellement par l’ARS et affichant les voyants au “vert”.

En fait, contrairement à la situation classique sur le territoire national, la gestion des plages de Saint-Martin, du Domaine Public Maritime*, a été rétrocédée à la Collectivité consécutivement à l’évolution statutaire et ne fait donc plus partie des prérogatives de l’Etat, sauf quand le littoral relève des compétences de la Réserve naturelle nationale de Saint-Martin ou du Conservatoire du Littoral et de son gestionnaire.

*Le domaine public maritime (DPM) est constitué du rivage de la mer, c’est à dire tout ce qu’elle couvre et découvre en l’absence de perturbations météorologiques exceptionnelles, du sol et du sous-sol de la mer jusqu’à la limite des eaux territoriales.

Sur un autre plan, le Président de la Collectivité exerce effectivement la police des baignades et des activités nautiques pratiquées à partir du rivage avec des engins de plage et des engins non immatriculés en mer jusqu’à 300 mètres à compter de la limite des eaux. Le Président réglemente aussi l’utilisation des aménagements réalisés pour la pratique de ces activités. Néanmoins, cette police des baignades repose sur le fait que la salubrité des eaux soit effective… d’où la nécessité de disposer des analyses de l’ARS.

Pour rappel, le décret du 11 mai 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire interdit la plaisance et les activités nautiques qui ne peuvent être autorisées localement que par la préfète sur demande motivée du Président de la Collectivité.

12 Mai 2020… les analyses sont là !

S’il n’y avait pas de raison à première vue pour que la qualité des eaux de baignades se soit dégradée depuis le début du confinement, les bons résultats de ces analyses effectuées le 05 Mai dernier permettront de soulager celles et ceux qui craignaient de s’être baignés dans des eaux troubles et qui n’avaient pas adoptés le principe qui veut qu’il convienne, dans le doute, de s’abstenir.

Pour autant ces bons résultats (avec un bémol pour la plage d’Anse Marcel qui fleurte avec les normes requise) ne doit pas conduire à une frénésie de baignade… les mesures barrière, le bon sens et la distanciation doivent continuer à prévaloir dans nos vies quotidiennes.

BW_EBN4_bulletin-analyse-SAINT-MARTIN

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.