Temps de lecture estimé : 3 minutes

C’était le second volet de ce moment médiatique souhaité par le représentant du Conseil de Quartier, Cédrick André : la mobilisation des associations de Sandy Ground pour soutenir celles et ceux que la crise sanitaire a le plus impacté.

“Beaucoup de gens ont perdu leur travail ou n’ont plus de quoi faire face”

Sandy Ground, on le sait, fait partie des Quartiers Prioritaires identifiés au titre de la politique de la ville et la précarité y a été aggravée avec la crise sanitaire en cours. Le Conseil de Quartier s’est donc mobilisé pour que des actions puissent être menées par l’entremise d’associations locales : Nature is the Key, Dominators Football Club, Let’s Do It Basketball et le Vélo Club de Sandy Ground.

La Collectivité de Saint-Martin a d’ores et déjà attribué 500 masques à usage unique au Conseil de Quartier qui par ailleurs en a reçu près de 500 supplémentaires de donateurs privés. La distribution est assumée par les associations au fil des rencontres durant leurs maraudes et à raison de deux par personnes.

“Nous donnons aussi des conseils d’utilisation et sensibilisons aux gestes barrières et à la nécessité de maintenir les mesures de distanciation mais ce n’est pas toujours facile. Tout le monde ne dispose pas d’une grande maison avec la climatisation et les gens se sentent parfois mieux dehors à l’air libre.”

Mais l’action ne s’arrête pas à la distribution de masques… Grâce aux dons en numéraire à l’association Nature is the Key, des bons alimentaires ont pu être distribués. L’association remercie d’ailleurs les généreux donateurs et invite la population à poursuivre cet élan de solidarité.

Des dons en nature ont aussi été faits par Baki Arbia de l’Hommage Hôtel ou par Raymond Vialenc de Saint-Martin Cars. Des remerciements particuliers vont au propriétaire de Monop’ Bellevue qui régulièrement procède à des dons de produits alimentaires.

Le quartier est calme, mais la tension est là

Cette crise sanitaire et ses conséquences économiques sont des facteurs aggravants de certaines situations qui étaient déjà passablement complexes et douloureuses en amont.

Depuis la mission Lacroix, la population du quartier est en attente mais elle n’a pas oublié le PPRn.” L’un des points qui avait mené aux émeutes de décembre…

Si les carcasses de voitures qui étaient maintenues “en stock” sur le bord de la route en tant qu’outil de blocage disparaissent peu à peu, Cédrick André est clair à dire que ce sujet n’est pas oublié.

Une autre actualité préoccupe aussi les administrés : la fermeture de deux points routiers sur la frontière et le contrôle strict de deux autres : “La collectivité n’a pas de “censure” vis à vis des frontières et devrait faire plus pression sur l’état pour que les liens familiaux et l’histoire soient respectés.”

D’ailleurs, rendez-vous est donné par le représentant du Conseil de Quartier pour une réunion ouverte le vendredi 14 Mai à 17:30 au stade de basketball de Quartier d’Orléans pour débattre avec la population de ce point houleux.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.