Temps de lecture estimé : 2 minutes

Depuis ce mardi 19 mai, un neuvième groupe politique composé de 17 députés, “marcheurs” et ex-“marcheurs”, est déposé officiellement à l’Assemblée nationale.

17 députés dissidents

Baptisé “Ecologie Démocratie Solidarité”, ce nouveau groupe est “indépendant”, “ni dans la majorité, ni dans l’opposition”, écrivent dans leur déclaration politique les élus qui le composent, à savoir :

  • 7 Membres du groupe LREM ou apparenté :  Emilie Cariou (Meuse), Annie Chapelier (apparentée, Gard), Guillaume Chiche (Deux-Sèvres), Yolaine de Courson (Côte d’Or), Hubert Julien-Laferrière (Rhône), Aurélien Taché (Val-d’Oise), Cédric Villani (Essonne), toujours membre du group malgré son exclusion du parti fin janvier.
  • 9 ex-“marcheurs”, exclus ou partis : Delphine Bagarry (Alpes-de-Haute-Provence) non-inscrite, Paula Forteza (Français de l’étranger) non-inscrite, Albane Gaillot (Val-de-Marne) non-inscrite, Sébastien Nadot (Haute-Garonne) non-inscrit, Matthieu Orphelin (Maine-et-Loire) apparenté au groupe Libertés et Territoires, Jennifer de Temmerman (Nord) non-inscrite, Sabine Thillaye (Indre-et-Loire) non-inscrite, Frédérique Tuffnell (Charente-Maritime) non inscrite, Martine Wonner (Bas-Rhin) non-inscrite
  • 1 non-“marcheur” : Delphine Batho (Deux-Sèvres), ex-ministre PS à l’Écologie et présidente de Génération Ecologie

Pas si grave que cela…

Avec ce neuvième groupe, LREM perd donc sept de ses membres ou apparentés, tombant à 288, juste sous le seuil de la majorité absolue (289 sièges) qu’elle détenait jusqu’alors. 

Malgré quelques-uns des grands titres de la presse nationale, sans doute trop heureuse de pouvoir diverger du sujet COVID, cette dissidence n’a rien d’un cataclysme et ne modifiera pas profondément les équilibres politiques à l’Assemblée puisque la majorité présidentielle pourra toujours s’appuyer sur 46 MoDem et la dizaine d’élus Agir. Il s’agit davantage d’un geste symbolique, d’un signal envoyé au Président de la République à l’aune du second tour des municipales.

Après E. Macron, D.Gibbs ?

A Saint-Martin, bien que non concernés par ces municipales et traditionnellement peu intéressés par les pérégrinations politiques nationales, ce mouvement de troupes retient toutefois l’attention au regard des similitudes de parcours entre Emmanuel Macron et Daniel Gibbs de la composition de leur liste à leur mode de gouvernance (spoil system : principe selon lequel la nomination de fonctionnaires se doit d’être en phase avec la politique gouvernementale aux postes clés de l’administration) en passant par la razzia électorale. 

De là à penser que les rumeurs de dissidences locales pourraient bientôt devenir réalité à quatre mois des sénatoriales, il n’y a qu’un pas… 

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.