Temps de lecture estimé : 3 minutes

Le secteur du BTP n’a pas été concerné par les mesures de confinement à Saint-Martin pour que les chantiers en cours puissent se poursuivre avec comme principale raison cette nouvelle saison cyclonique qui approche (dans 9 jours… seulement).

On rappellera pour la forme que le premier évènement a déjà eu lieu et n’aura lui pas attendu la date officielle puisqu’Arthur, cyclone qui prend la source de son énergie dans la mer des Caraïbes, a su venir lécher la côte est américaine entre le 16 et le 19 mai dernier : le système qui s’est creusé au Nord des Bahamas pour suivre une trajectoire le faisant longer les côtes de la Caroline du Sud et de la Caroline du Nord, tout en restant heureusement en mer.

Et pourtant…

Et pourtant au-delà de l’opportunité offerte par le confinement à certains marchés publics d’enfouissement de réseaux, la reconstruction privée, pour les copropriétés encore concernées, n’a pas avancé d’un iota ou presque. Si le secteur n’a pas subit de mesures de confinement, la situation antérieure avait déjà su provoquer des blocages et les flux d’acheminement de matériaux et les coûts de ces derniers ont eux été impactés par ces mesures.

De nombreux chantiers étaient déjà en grande difficulté en amont de la crise sanitaire et ce n’est pas l’opportunité offerte aux professionnels du secteur qui aura changé “la donne” : les chantiers sont “plantés”, les co-propriétaires et les locataires sont dans une angoisse extrême, la confiance en leur Conseils Syndicaux ou en leurs Syndics est souvent rompue et les plaintes portées aux portes des tribunaux reçoivent régulièrement des réponses bien légères vis-à-vis des attentes et de la réalité de process très souvent viciés.

Moi, Saint-Martin, j’ai fait une croix dessus, je ne ferai plus aucun investissement à Saint-Martin, la gestion du risque cyclonique est tellement mauvaise que ce serait jeter de l’argent par les fenêtres. Nous avons fait notre premier investissement en 2016 pour un petit studio en location saisonnière. Nous avons maintenant 6 biens et avons eu énormément de soucis sur tous les chantiers de reconstruction. Quand on voit ce qui se passe et la corruption à tous les niveaux, c’est véreux de chez véreux et tout le monde cautionne, se couvre, il n’y a qu’une chose à faire : prendre ses valises et se barrer. C’est une grosse déception et c’est un danger pour l’avenir de l’île.Le témoignage restera anonyme puisque ce propriétaire porte actuellement plusieurs démarches juridiques sur le sujet qui ne trouvent d'ailleurs pas forcément d'écho…

Et si cela souffle cette année ?

Car au-delà des montages surprenants entre les protagonistes de la reconstruction, de leur probité variable, de l’effroyable appât du gain, des plantages de sociétés après aspiration de tous les actifs qui pour le coup auront elles su se calquer sur le Phœnix pour réapparaître blanches comme neige sous d’autres formes, la problématique humaine est bien celle des logements qui seront occupés durant cette saison sans que les toitures soient en état, sans que les fermetures n’aient été remplacées, sans que le matériel de chantier n’ait été évacué et qui sera une formidable source de projectiles par destination…

Cette reconstruction exemplaire l’a sans doute été par endroits mais elle laisse aussi beaucoup de copropriétés en errance et d’occupants, qu’ils soient propriétaires ou locataires, en grande situation de stress face à un danger qui, s’ils ont vécu Irma, n’est pas une vue de l’esprit.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.