Temps de lecture estimé : 4 minutes

C’est l’histoire d’un plaisancier, S.M., seul à bord de son voilier de 14 m, parti de la Barbade, qui avait confirmé par mail et téléphone à sa famille être bien arrivé à Saint Martin, où il avait fait sa clearance le lundi matin, 25 mai. Mais il n’a pas donné signe de vie depuis ; les appels de sa famille sur son portable sont restés sans réponse ; sa dernière connexion WhatsApp date aussi du 25 mai et ses courriels ne sont pas lus non plus.

Ses proches, avec qui il a l’habitude de communiquer chaque jour, s’inquiètent de ce silence total. Le soir du 28 mai, ils prennent alors contact avec le MRCC (Maritime Rescue Coordination Center) de Londres, qui appelle le CROSS-AG (Centre régional opérationnel de sauvetage et de secours des Antilles-Guyane) en Martinique, qui tente d’abord de joindre le voilier par VHF, mais sans succès.
Le CROSS appelle alors la Gendarmerie de Saint-Martin, qui n’a aucune information au sujet de la personne ; puis l’hôpital Louis-Constant Fleming qui confirme ne pas avoir admis ou administré de soins à quelqu’un correspondant à ce signalement…
Le CROSS demande alors aux sauveteurs en mer bénévoles de la station SNSM de Saint-Martin de sortir pour localiser le voilier sur le plan d’eau, soit dans la baie de Marigot, soit dans le lagon de Simpson Bay, afin de voir si S.M. est à bord et si tout va bien….
Sauf qu’il est 22h00 quand cet appel parvient aux responsables de la SNSM de Saint-Martin. Considérant qu’il ne s’agit pas d’une urgence vitale, que les équipiers habitant du coté hollandais sont toujours sous couvre-feu de 21h00 à 06h00 du matin, dont certains sans laisser-passer officiel de la Préfecture pour franchir la frontière, et qu’il y a toujours de nombreuses épaves non-balisées dans le lagon (qui représentent un danger à la navigation), il est décidé de reporter l’intervention au lendemain matin.
C’est donc à 06h30, le vendredi 29 mai, que quatre équipiers bénévoles se retrouvent à la station pour prendre leur matériel de secours et appareiller avec la Rescue Star, un semi-rigide rapide qui a l’avantage de pouvoir passer sous le pont de Sandy Ground, s’il y a besoin d’entrer dans le lagon.
Leur mission est de chercher un bateau de type Sun Odyssey 44, au nom de “GUILIA” et battant pavillon hollandais ; mais pas d’information quant à sa couleur et à sa localisation dans la baie de Marigot ou dans le lagon. À 06h45, la Rescue Star quitte la Marina Fort Louis et commence à slalomer entre tous les voiliers au mouillage, en s’approchant de ceux correspondant à un monocoque d’environ 44 pieds. Moins de 20 minutes plus tard, le voilier est localisé, avec à son bord S.M. prenant tranquillement son café sur le pont !
Assez surpris de voir des sauveteurs arriver, et après avoir confirmé son identité, il s’étonne de l’inquiétude de sa famille en apprenant qu’il s’agit d’une mission de recherche à la demande du CROSS. Étant en quarantaine comme tous les marins arrivants, il n’a pas le droit de débarquer et doit rester à bord de son navire. N’ayant tout simplement pas de connexion internet à bord, et son portable Anglais ne marchant pas sur nos réseaux locaux, il n’était pas soucieux et avait prévu de prendre contact “bientôt” avec ses proches par téléphone satellite. Il lui est alors demandé de le faire immédiatement afin de les rassurer, ce qu’il fait illico. Puis l’équipe de la SNSM appelle le CROSS pour confirmer que le marin S.M. est bien à son bord en baie de Marigot, que tout va bien pour lui et qu’il a repris contact avec sa famille.
Le CROSS donne alors liberté de manœuvre à la Rescue Star qui est de retour à quai à 07h25.
Petite mission très courte pour les équipiers de la SNSM, contents d’avoir aider à rassurer une famille sur le bien-être de leur proche, à plus de 8000 km de distance, avant de pouvoir assumer, sans trop de retard, leurs activités professionnelles respectives.
Photo d’archive d’un Sun Odyssey 44
Commenter avec Facebook
A propos de l’auteur

Communiqués, internautes, divers, "Autre" se charge de signer les articles qui rentrent de cette catégorie variée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.