Temps de lecture estimé : 4 minutes

Les adhérents du GHTG-UMIH Guadeloupe, de la Fédération des Associations de Professionnels de l’Hébergement et du Tourisme (F.APHT), de l’Union Syndicale des Opérateurs Touristiques de Guyane (USOTG), du Cluster du Tourisme en Martinique (ZILEA), de l’UMIH Martinique (972), de l’Association des Hôteliers de Sain-Martin (AHSM), déclarent : La France à 3 vitesses : la métropole, la Corse, les Outre-Mer ?

Décidément, rien ne sera épargné aux Outre-mer ! Loin des yeux, loin du cœur !

La légalité ne rime plus avec l’égalité ; la loi ne rime plus avec l’égalité de traitement : les plus faibles, comme toujours, une grande partie de nos populations va souffrir de l’iniquité des derniers décrets gouvernementaux.

Le décret numéro 2020–663 en date du 31 mai 2020 restreint drastiquement les libertés, les déplacements, la réouverture des commerces, et le redémarrage des activités dans nos Antilles, à la Guyane, à Mayotte et en Corse.

La Corse a réagi vigoureusement en adressant le 2 juin une lettre à M. le Premier ministre, dénonçant des dispositions surprenantes, incohérentes, inégalitaires entre l’aérien et le maritime, entre la France hexagonale et l’île de Corse. Le Député Philippe VIGIER a aussitôt interpelé Monsieur le Premier Ministre à l’Assemblée Nationale , et à la de suite à son intervention, le décret précité a été corrigé en à peine 2 jours, et publié le 3 juin 2020. Un nouveau décret n°2020-664 abroge les dispositions restrictives qui s’appliquaient il y a trois jours à la Corse, mais s’appliquent toujours aux Outre-mer.

Le trafic aérien est rétabli en Corse, sans quatorzaine, et sans aucune restriction de déplacement. Les motifs impérieux sont abolis. La Corse est libérée !

Mayotte et la Guyane sont en zone Orange. Nous comprenons la position du Gouvernement Comme la Corse, la Guadeloupe, la Martinique, La Réunion et Saint-Martin sont en zone verte. Nous ne comprenons pas la position ségrégationniste du Gouvernement.

Pourquoi cette inégalité de traitement ? Oui aux Corses ! Non aux Outre-mer !

Y-aurait-il une France à 3 vitesses : la métropole, la Corse, les Outre-Mer ? Pourquoi maintenir pour les seules Outre-mer (hormis la Guyane et Mayotte qui ne sont pas en zone verte) des dispositions reconnues sans délai comme incohérentes pour la Corse ?

Y aurait-il des Français de troisème zone ? Les Français de métropole, les sous Français de Corse, et les sous–sous Français des Outre-mer ?

Les Outre-mer seraient-ils sous-représentés, ou sous-écoutés à l’Assemblée nationale ?

En tout état de cause, il est évident que les représentants de la Corse semblent mieux défendre les intérêts de la population de l’île de Beauté que ne savent le faire les représentants de l’île aux Belles eaux (la Guadeloupe), de la Guyane de la Martinique et de Saint-Martin.

Il faudra fortement s’en souvenir lors des négociations discutées à l’amiable, ou requises par la voie judiciaire. Et préciser alors qui sera le véritable responsable de cette situation, et qui devra en payer les conséquences financières.

On nous a empêché de travailler, de force !

Demain, nous serons obligés de licencier, de force !

Nous en souffrirons, tous, mais les populations les plus fragiles ne seront pas en capacité de résister à cette nouvelle injustice que rien ne justifie.

Les précautions sanitaires : un prétexte ou une réalité ?

Jean-Pierre MAS, président des Entreprise du Voyage déplore que les Outre-mer restent fermés, alors que l’Union Européenne va ouvrir ses portes à tous les Européens, et aux Français.

Gilbert CISNEROS président d’EXOTISMES, principal tour-opérateur français pour la Guadeloupe, la Guyane, la Martinique et Saint-Martin, spécialiste des îles, dénonce « un contexte purement électoraliste ». « Les politiques locaux, déclare-t-il, veulent maintenir la quarantaine pour capter aux municipales les voies des extrémistes qui pensent que les étrangers vont faire venir le Coronavirus sur leurs îles : cette situation est surréaliste et c’est une ineptie économique », ajoute-t-il.

Ceux qui croient que notre seule attractivité du territoire sera suffisante pour que demain tout redevienne comme avant se trompent. Demain des entreprises auront disparu, le nombre de chômeurs sera en forte hausse, le pouvoir d’achat baissera, le nombre d’avions sera en baisse, les prix des billets d’avion en hausse, et les prix des marchandises augmenteront car les coûts du transport auront augmenté.

Ce que nous avons mis 30 ans à construire au plan économique, pour une élévation générale du niveau de vie des populations, est aujourd’hui en grand péril, en raison d’un manque de courage flagrant de nos décideurs politiques !

Nous demandons que cessent les discriminations dont nos Outre-mer font l’objet de la part du Gouvernement, et que le décret n°2020-664 publié le 3 juin 2020 qui abroge les dispositions restrictives qui s’appliquaient à la Corse, soit modifié.

Afin que toutes les îles françaises, à l’exception de Mayotte qui est en zone orange, soient traitées à égalité.

Commenter avec Facebook
A propos de l’auteur

Communiqués, internautes, divers, "Autre" se charge de signer les articles qui rentrent de cette catégorie variée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.