Temps de lecture estimé : 3 minutes

Pendant que le président du Conseil Territorial de Saint-Martin, Daniel Gibbs, adressait jeudi 4 juin, un courrier au Premier ministre demandant la levée de l’obligation de motifs impérieux ainsi que de la quarantaine pour Saint-Martin, Bruno Magras, président du Conseil Territorial de l’île voisine, recevait le même jour la réponse de la Ministre des outremer à ces mêmes demandes effectuées pour Saint Barthélemy le 3 juin.

En réponse à Bruno Magras, Annick Girardin a formulé deux propositions qui vont dans le sens du président du Conseil Territorial :

  • La levée des motifs impérieux de déplacement
  • La substitution des quatorzaines par l’obligation pour les voyageurs de présenter un test PCR négatif au COVID-19 réalisé dans les 48 heures avant l’embarquement

L’adhésion du président Magras, qui ne fait aucun doute, à ces deux propositions ministérielles qui permettraient à Saint Barth d’accueillir de nouveau des visiteurs sous de brefs délais est attendu avant le 9 juin.

Ceci est forcément une bonne nouvelle pour les acteurs touristiques de Saint-Martin, mais également pour les autres territoires ultramarins pouvant se prévaloir d’une situation sanitaire maîtrisée et l’on voit mal comment la Ministre des outremer pourrait faire une réponse différente à Saint-Martin qui dispose également de l’autonomie en matière de Tourisme.

Aussi, on oublie nos regrets que Saint-Martin n’ait pas été à l’initiative de ces décisions et on dit Merci qui ?… Merci Bruno !


La réponse de la Ministre des Outremer à Bruno Magras
Monsieur le Président,
L’état d’urgence sanitaire entré en vigueur sur l’ensemble du territoire national le 24 mars 2020 avec la publication de la loi du 23 mars 2020 d’urgence pour faire face à l’épidémie de Covid-19 est prolongé jusqu’au 10 juillet 2020 par la loi du 11 mai 2020. Un décret du Premier ministre impose ainsi aux voyageurs souhaitant se rendre en outre-mer de disposer d’un motif impérieux familial, professionnel ou sanitaire et de réaliser une quatorzaine à leur arrivée. Comme l’a remarqué le conseil scientifique, ces mesures tout comme les mesures de confinement, ont permis de préserver les territoires de la menace épidémique ce qui est bien entendu, la priorité du gouvernement. J’ai réuni le 27 avril avec Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat au tourisme, l’ensemble des professionnels du tourisme des territoires d’autre-mer et le 16 mai avec Jean-Baptiste Djebarri, secrétaire d’Etat aux transports, l’ensemble des compagnies aériennes desservant l’outre-mer pour évaluer les impacts de ces mesures sur leurs activités et adapter les dispositifs de soutien (activité partielle, PGE, Fonds de solidarité, report et annulation de charges, etc.) à la spécificité de nos tenitoires .
Au-delà du dispositif de 14aine expérimentée aux Antilles et à La Réunion à compter du 10 juin, les professionnels du tourisme et du transpo1t aérien avec qui je suis en contact permanent formulent, dans le cas où les conditions sanitaires le permettraient, deux propositions :
– La levée des motifs impérieux de déplacement
– La substitution des quatorzaines par l’obligation pour les voyageurs de présenter un test PCR négatif au COVID-19 réalisé dans les 48 heures avant l’embarquement.
Votre collectivité est cheffe de file en matière de tourisme et possède la compétence exclusive en matière de développement économique, je souhaite donc recueillir votre avis vis-à-vis de ces deux propositions qui pounaient être mises en œuvre sous réserve de leur acceptation par les autorités sanitaires.
Je souhaiterais pouvoir disposer de votre position écrite avant le 9 juin prochain.
Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma considération distinguée.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.