Temps de lecture estimé : 5 minutes

Une surprise pour la plupart des acteurs du territoire car il fallait être dans des cercles très informés et disposant du 06 de la Ministre pour savoir qu’elle nous gratifierait d’un passage à Saint-Martin sur la trajectoire du Jet qui la menait en Guyane.

A la rédaction, c’est donc le 21 juin que nous apprenions officiellement sa visite… le lendemain, 22 Juin. Pendant ce temps, ailleurs et notamment dans les colonnes du Figaro du 23 Juin, le départ de la Ministre dans le cadre du remaniement ministériel était une nouvelle fois annoncé.

Cher Contrat de convergence et de transformation…

C’est le motif officiel du déplacement d’Annick Girardin, venue en catastrophe pour ce faire, dès la levée des motifs impérieux de déplacement vers les territoires ultramarins : la signature du très attendu Contrat de convergence et de transformation (CCT) de Saint-Martin.

Et bien que le président Gibbs se soit offert le jour de son anniversaire, après un premier report à la demande de l’Etat, l’autorisation en conseil exécutif de signer ce contrat depuis le 8 janvier dernier, l’affaire est, semble-t-il, apparue brusquement urgente rue Oudinot si l’on en croit le budget consacré par le ministère à ce déplacement 5.0 : 160 000 Euros selon nos sources, Paris/Saint-Martin, nuits pour la délégation au très “select” Sol E Luna, Saint-Martin/Cayenne et retour Paris en jet…, soit plus que l’enveloppe allouée au Plan de déplacement urbain du territoire dans ce CCT …

On notera que la septaine à été évitée et à Saint-Martin et en Guyane pour la délégation pourtant parisienne et que la lumière n’a pas été faite sur le protocole sanitaire entourant le déplacement : tests ? Pas Tests ? Au départ ? A l’arrivée ? Dans le Jet ?

Instruction civique : c’est quoi un CCT ?

Avant toute chose, il faut intégrer que ce document présenté en Conseil Exécutif en janvier n’a pas évolué d’un iota depuis. Concrètement, ce document stratégique prévu par la loi sur l’égalité outre-mer, le CCT a pour objectif principal de contractualiser les cofinancements étatiques en faveur de projets de développement locaux. La plupart des territoires ultramarins l’ont signé il y a un an en grande pompe et en présence du Président de la République lui-même à Paris.

Daniel Gibbs, Président de la Collectivité de Saint-Martin, septembre 2019 :
“À ceux qui se plaisent à reprocher ci et là mon refus de signer cet engagement en juillet dernier, je vous le redis : si je n’ai pas signé ce contrat de convergence avec les autres territoires ultra-marins, ce n’est pas par opposition – bien au contraire, nous avons, je le souligne, largement participé à la rédaction du programme d’investissements. Je n’ai pas signé car il était impensable que j’engage notre collectivité sur des dépenses d’investissement qu’elle ne pourrait assumer, qui plus est en l’absence d’une position claire de l’État, quant à sa dotation exceptionnelle.”

Les choses auraient donc aujourd’hui changé sur ce plan malgré la bérézina économique et donc fiscale qui se dessine comme l’une des conséquences de la crise sanitaire?

S’il n’a pas évolué, il pourrait toutefois être amendé à moyen terme pour pouvoir y voir intégrée l’aide de l’Etat aux collectivités locales décidée par le gouvernement à la suite de la crise sanitaire et annoncée par le Premier Ministre Edouard Philippe à la fin du mois de mai“Nous annonçons un plan de soutien massif aux collectivités locales pour faire face à la crise.”

Ce qui est couché dans le marbre du Contrat

Au titre du CCT, la participation de l’Etat à la convergence et à la transformation de Saint-Martin a été chiffrée à 47.2 M€ en soutien majoritaire des 31.45 M€ budgétisés par la COM en faveur de 27 projets allant du réaménagement du Front de mer de Marigot à la conservation des populations de mérous en passant par la création de parcs de Street Workout.

Annick Girardin, Ministre des Outremer dans la droite ligne de la Trajectoire 5.0
“Nous signons avec Daniel Gibbs le contrat de convergence et de transformation de Saint-Martin, avec un engagement de l’État de 47,2 millions d’euros d’ici 2022 qui serviront à améliorer concrètement le quotidien des Saint-Martinois : construction d’un collège de 900 places, rénovation de l’usine de dessalement de l’eau de Galisbay, création de deux déchetteries et d’abris cycloniques, rénovation du réseau routier de l’île.  Quelle fierté, quelle réussite pour le territoire !”

De son côté, la Collectivité a bien évidemment elle aussi communiqué sur des projets phare censés améliorer le quotidien de la population, tels que la requalification des espaces publics de Marigot et Grand Case, le réaménagement du front de mer de Marigot, la reconstruction d’équipements sportifs, la rénovation du collège de Quartier d’Orléans, la vidéoprotection ou encore la gestion des eaux pluviales… dont la nécessité ne peut être contestée. 

En ce qui concerne le choix des projets intégrés à ce CCT, il faut noter que l’Etat impose dans leur réalisation la prise en compte transversale des 17 objectifs de développement durable, et plus particulièrement la prise en considération des besoins spécifiques des personnes en situation de handicap et l’approche intégrée de l’égalité femmes-hommes.

De même, ces contrats doivent s’inscrire dans la “Trajectoire 5.0” chère au ministère des Outre-Mer qui, pour mémoire, prévoit : zéro carbone, zéro déchet, zéro vulnérabilité au dérèglement climatique, zéro intrant polluant, zéro exclusion.

Principe de réalité…

Il reste maintenant à savoir si la Collectivité sera capable d’engager les dépenses dans les délais impartis et d’assurer sa part de cofinancement des projets retenus…

Par Mélissa NICOLAS-REMBOTTE / Igor REMBOTTE
Commenter avec Facebook
A propos de l’auteur

Communiqués, internautes, divers, "Autre" se charge de signer les articles qui rentrent de cette catégorie variée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.