Temps de lecture estimé : 4 minutes

Deuxième aéroport international des Caraïbes, Juliana dont dépend aussi le trafic touristique de la partie française et des îles voisines, est depuis l’annonce de la sortie du confinement au centre de tous les préoccupations et espoirs.

Sint Maarten open for business

Fortes d’une situation sanitaire stabilisée et de l’absence de nouveaux cas, les autorités de la partie hollandaise mettaient fin au suspense le 19 juin dernier en annonçant une réouverture large aux voyageurs européens mais aussi américains à compter du 1er juillet, après 4 mois de fermeture.

“Le ministère comprend le besoin urgent d’accroître l’activité économique sur l’île, mais nous avons l’intention de rouvrir de manière sûre et responsable pour nos résidents et visiteurs” a en ce sens annoncé la ministre du tourisme, Ludmila de Weever.

A cet égard, tous les voyageurs seront soumis à des contrôles de températures et devront fournir des résultats négatifs à un test PCR obtenus dans les 72 heures précédant l’entrée sur le territoire. Toute personne présentant des symptômes sera en outre soumise à des tests COVID-19 à la charge du voyageur. Enfin, toutes les personnes circulant dans l’aérogare seront tenues de porter un masque. 

Si cette annonce pouvait avoir quelque chose d’enthousiasmant pour les acteurs économiques en souffrance, le rebond de l’épidémie aux Etats-Unis avec près de 40 000 nouveaux cas par jour interrogeait en même temps quant à la capacité de notre île à accueillir et à maîtriser ce nouveau risque. 

Saint-Martin a aussi son mot à dire… et c’est Non !

Ainsi, à l’issue du conseil territorial qui s’est tenu le 30 juin, les élus de Saint-Martin se sont réunis à huis clos et ont décidé de ne pas déroger aux règles nationales en vigueur, à savoir l’ouverture des frontières aux voyageurs de l’Union européenne et de 15  autres pays dont ne font pas partie les Etats-Unis (ni la Russie, le Brésil, Israël, la Turquie ou encore l’Inde). Un courrier cosigné par le président Gibbs au nom des élus territoriaux et par le président du CESC a été rédigé en ce sens à l’issue de la séance à huis clos et adressé à la préfète en réponse à son courrier.

En plus de la courbe de plus en plus ascendante du virus aux États-Unis ces derniers jours,la position de la partie française, sur fond de menace de refermeture des frontières internes, auront finalement contraint Sint Maarten à revoir sa position et à reporter l’ouverture aux vols en provenance des États-Unis au 15 juillet. 

Serait-ce là le côté positif – puisqu’il y en a toujours un – de la crise sanitaire localement ? Saint-Martin semble en effet non seulement avoir pris bonne conscience de son poids non négligeable vis-à-vis de Sint Maarten et de la dépendance du Sud sur certains pans, mais a aussi, sans doute pour la première fois de son histoire, affiché une position plus proche de la mère patrie que de la pseudo-harmonie qui voudrait que des liens familiaux ou historiques obsolètes président aux décisions… de la partie française. L’équilibre des forces serait-il en train de changer ?

On strike

Quoiqu’il en soit, loin de ces considérations géostratégiques, mercredi 1er juillet, au lieu de s’ouvrir au reste du monde, l’aéroport Princess Juliana était complètement fermé au trafic aérien pour cause de grève du personnel. Les employés de Juliana réclamaient en effet le règlement d’arriérés de salaires depuis 2017, de diverses primes et congés payés ainsi que la réévaluation de leurs salaires.

De nouvelles négociations doivent avoir lieu ce vendredi 3, à l’issue desquelles la poursuite du mouvement sera décidé.

En attendant, les aspirants au voyage, résidents ou touristes, continuent de jongler entre les sites de réservations des compagnies et les décisions de dernière minute…


LA POSITION DE L’UNION EUROPÉENNE (ET DE LA FRANCE)
Les pays de l’UE ont établi une liste de 15 pays de nouveau admis dans l’espace Schengen à compter du 1er juillet 2020 : Serbie, Géorgie, Monténégro, Canada, Uruguay, Maroc, Algérie, Tunisie, Rwanda, Corée du Sud, Japon, Thaïlande, Australie, Nouvelle-Zélande et la Chine à condition toutefois que cette dernière admette les visiteurs non essentiels venant de l’Union européenne, ce qui n’est pour l’heure pas le cas.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.