Temps de lecture estimé : 3 minutes

L’Etablissement des Eaux et de l’Assainissement de Saint-Martin, conscient de la gêne occasionnée par les travaux, a décidé de suspendre ceux-ci jusqu’à nouvel ordre, l’effet est immédiat.

Alerté, et en premier lieu par les usagers de la route, l’EEASM va durant cette période de suspension étudier trois scénarii qui permettraient une reprise en minimisant les nuisances.

L’EEASM tient à rappeler que ces travaux sont d’une importance capitale puisque cette portion du réseau d’adduction est vétuste, qu’elle est souvent l’objet de casses sérieuses privant la moitié des abonnés d’eau potable.

Les équipes mobilisées sur ce chantier seront redéployées sur celui du boulevard Bertin Maurice à Grand-Case et permettront donc un avancement plus rapide.

Trois possibilités s’offrent à l’établissement dans la gestion des travaux de la RN7, possibilités d’ores et déjà mise à l’étude :

  • Le maintien de l’organisation actuelle avec un décalage horaire de l’activité sur le chantier pour éviter la gène sur les flux en début et fin de journée, qui permettrait de plus de respecter les contraintes liées aux vols depuis l’aéroport de Grand-Case. La signalisation, la gestion de la circulation alternée et la communication seraient aussi améliorées.
  • La mise en place d’une déviation à sens unique depuis Grand-Case vers la Savane par le contournement de l’étang vers la Cité Scolaire. Cette solution avait déjà été envisagée mais se heurte à une problématique de coût et de statut cadastral des parcelles concernées.
  • La réorganisation du chantier de la RN7 avec une priorisation aux travaux de nuit permettrait de minimiser drastiquement les nuisances, les travaux de démolition seraient cantonnés aux premières heures de la soirée. Cette solution se heurte elle aussi à une problématique de surcoût.

Le choix fera naturellement l’objet d’une communication dédiée dès que la décision aura été prise.

Ces travaux nécessaires avaient volontairement été planifiés durant la période estivale pour éviter de nuire aux flux liés au rythme scolaire et à l’activité touristique.

Le fait est, et cela ne pouvait être anticipé, que la fréquentation des axes routiers n’a pas vécu la baisse d’intensité saisonnière habituelle, élément sans doute imputable à la nécessité d’une reprise économique rapide sur laquelle les forces vives sont concentrées suite au confinement induit par la crise sanitaire de la COVID-19.

L’EEASM remercie les usagers pour leur patience et la qualité des remontées d’informations liées aux nuisances. Une communication prochaine informera la population de l’organisation retenue avec deux paramètres déterminants : ces travaux sont une nécessité infrastructurelle et doivent dans l’absolu être terminés avant la rentrée scolaire.

Commenter avec Facebook
A propos de l’auteur

Communiqués, internautes, divers, "Autre" se charge de signer les articles qui rentrent de cette catégorie variée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.