Temps de lecture estimé : 2 minutes

Dans le cadre du déconfinement post-Covid, le ministère des Outre-mer a publié le 13 juillet les nouvelles modalités pour les voyages entre les Outre-mer et l’Hexagone, mais aussi entre les différents territoires ultramarins.

Vers l’outre-mer : Prière de vous faire tester

Ainsi, à partir du 18 juillet, les passagers à destination de la Guyane, de la Guadeloupe, de la Martinique, de Saint-Martin, de Saint-Barthélemy, de Saint-Pierre-et-Miquelon, de la Réunion et de Mayotte ne seront plus soumis à une mesure obligatoire de quarantaine à leur arrivée. 

Tout voyageur de plus de 11 ans souhaitant se rendre dans l’un de ces territoires ultramarins devra justifier d’un test Covid-19 négatif réalisé dans les 72 heures avant l’embarquement et présenter une attestation sur l’honneur qu’il ne présente pas de symptômes et qu’il n’a pas connaissance d’avoir été en contact avec un cas confirmé de covid-19 dans les quatorze jours précédant le vol. A défaut, l’embarquement du passager sera refusé par la compagnie aérienne.

Les voyageurs en provenance ou à destination de la Guyane et de Mayotte, où le virus continue de circuler activement, devront en outre justifier d’un motif impérieux de déplacement. De même, une quarantaine de 7 jours pourra leur être prescrite par le préfet du territoire d’accueil. 

Dans le sens contraire : Mesures allégées

S’il n’est plus nécessaire de justifier d’un motif impérieux pour voyager à destination de l’Hexagone, certaines conditions sanitaires restent cependant maintenues, comme le contrôle de la température avant d’embarquer ou le port du masque dans l’aérogare et dans l’avion. 

Les voyageurs doivent aussi remplir une déclaration sur l’honneur attestant ne pas être atteint de la Covid-19.

En ce qui concerne les passagers en provenance de Mayotte et de la Guyane, le gouvernement a choisi de ne pas imposer de test avant embarquement afin de ne pas saturer les capacités de ces territoires mais les déplacements restent soumis à motif impérieux et une quatorzaine à domicile sera toutefois recommandée à l’arrivée.

Ces nouvelles mesures bien qu’assouplies ne satisfont évidemment pas les fervents défenseurs de l’égalité réelle ni les professionnels du tourisme, mais restent dictées par les limites des capacités d’accueil et les failles des systèmes de santé insulaires.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.