Temps de lecture estimé : 5 minutes

26 Juillet : sortie de son nouveau titre, une version du célèbre “Lean On Me” de Bill Withers qui vaut le détour
L’occasion rêvée pour faire plus ample connaissance avec cette chanteuse née à Marigot en 1989 au sein d’une famille d’artistes : une maman pianiste et chanteuse, un papa guitariste, bassiste et peintre.

Elle passe les premières années de sa vie baignée dans la musique car les soirées entre amis musiciens sur le bateau familial se terminaient immanquablement par des bœufs jusqu’au milieu de la nuit, à tel point que même si elle se voyait faire une multitude d’autres métiers, elle n’imaginait pas ne pas être chanteuse un jour.

Durant toute son enfance elle voit son père rejoindre régulièrement des groupes de différents styles et sa mère adore mettre de l’opéra ou de la musique classique à fond quand elle fait le ménage. Moana écoute et absorbe tout, comme toutes les petites filles rêveuses elle aime aussi les musiques de chez Disney et les divas comme Céline Dion et Whitney Houston.

Tout pour la musique

Adolescente ses goûts musicaux s’orientent vers le dance-hall, la soca, le zouk avec un peu de pop-rock, elle découvre aussi les grandes voix de la soul : Joss Stone, Amy Winehouse et Aretha Franklin. Comme tous les enfants nés à la fin du siècle dernier, elle adore le style de Michael Jackson, et plus tard elle s’intéresse au jazz, au funk, à la fusion ; c’est donc grâce à tout ce meltin’pot qu’elle s’est forgé son style actuel.

Tout ce qui a trait à l’art en général fait partie intégrante de son univers: elle débute la danse à l’âge de 5 ans, dès l’adolescence elle commence à travailler dans des compagnies de danse locale, puis elle prend des cours de piano et de guitare avec Paul Emmanuel dont la réputation n’est plus à faire. Parallèlement à cela, elle dessine, peint, et s’initie à la photo, ce qui lui permettra de gagner son argent de poche lorsqu’elle vivra à Boston, en prenant les photos des concerts et divers événements. Elle a même commencé la basse il y a quelques années grâce à un instrument que son père lui a offert, même si celui-ci affirme qu’elle lui aurait un peu forcé la main pour qu’il s’en sépare… (le mystère reste entier).

Après avoir passé son Bac à Saint-Martin, c’est sur les conseils de Paul Emmanuel qu’elle s’inscrit à un programme d’été au Berklee College of Music de Boston où elle obtient son Bachelor en Musique en 2011 avec la mention “Berklee Summa Cum Laude” (l’équivalent des plus hautes félicitations). Sa voie est alors toute tracée, ce sera tout pour la musique et rien que pour la musique.

De Boston à L.A. en passant par Abu Dhabi et Jakarta

Rapidement, elle enseigne la musique dans une école d’éveil ainsi que dans le programme Berklee City Music pour les adolescents démunis, et le weekend, elle donne des concerts dans des bars de la ville, mais quand on est né aux Caraïbes le climat du nord de l’Amérique n’est pas facile à supporter, Moana devient presque aphone, tout se complique et la plupart des gens qu’elle côtoie déménagent à Los Angeles les uns après les autres, alors malgré sa peur et les choses négatives qu’elle a entendues sur cette ville, elle décide d’essayer et y déménage en 2013.

Dès la première semaine, grâce à une amie, elle devient la choriste d’un groupe ; s’ensuivent des tournées et des centaines de concerts à travers les USA. Elle est ensuite sponsorisée par la marque Daisy Rock Guitars, revient à Saint-Martin pour chanter à la Heineken Regatta, est engagée comme chanteuse dans des hôtels de luxe d’Abu Dhabi ou de Jakarta.

En 2018 elle enseigne dans une université de musique en Inde, l’année suivante elle chante sur les bateaux de croisière. Lorsqu’elle revient à L.A. elle donne des cours de chant et de piano à la California College of Music et au French Conservatory of Music de Beverly Hills.

Recording Sessions

A part les enregistrements bricolés à la maison lorsqu’elle était plus jeune, Moana n’avait encore jamais tenté une réelle expérience en studio et c’est en 2013 qu’elle enregistre son premier vrai album avec ses propres chansons grâce à du crowdfunding.

Et voilà qu’après quelques années sans enregistrer, elle redevient “sa propre artiste” comme elle le dit si bien. En Janvier 2020, son single “Wild Card” a été son premier nouveau morceau à sortir en 7 ans. Elle s’est donc remise à écrire et à enregistrer sa musique, tout en collaborant avec d’autres artistes, elle reprend peu à peu sa place d’auteur-compositrice-interprète.

Et puis il y a 2 ans, avec Ananda Dhar-James, un guitariste producteur et ingénieur du son, elle forme le duo MoAnanda dont le répertoire se compose essentiellement de reprises ; sont alors enregistrés des dizaines de morceaux qui devraient sortir régulièrement dans les prochains mois. Le premier d’entre eux est donc une reprise de “Lean on Me” de Bill Withers (disparu en Mars dernier) qui promet de cartonner sur tous les supports dès les premières écoutes.

Moana avoue avoir hâte que toute cette musique voit le jour. En guise de conclusion elle ajoute : “On nous fait croire que les gens qui ont eu du succès ont simplement eu de la chance. La chance se cultive. Avoir de la chance demande beaucoup d’efforts et de travail.”

Retrouvez Moana sur Facebook @moanandamusic et sur internet www.moanaa.com

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.