Temps de lecture estimé : 5 minutes

Point d’orgue d’une semaine dense pour les élus entre tensions autour des mouvements de personnels de la COM, choix du candidat de la Team aux Sénatoriales, recrudescence de l’épidémie de Coronavirus, menace cyclonique et filtrages à la frontière, le conseil territorial du 29 juillet les invitait à statuer sur les comptes de gestion et administratif 2019 ; deux sujets peu enclins à susciter les passions même si d’intérêt.

Le fond : la situation financière de la COM

La présentation du compte de gestion relève d’une obligation légale tel qu’inscrite dans le Code Général des Collectivités Territoriales tout comme celui du compte administratif.

De fait techniques, rébarbatives, les présentations faites d’une part par l’élue en charge des finances et de la fiscalité, Marie-Dominique Ramphort pour le CA et par le comptable public, Alain Contant, pour le CG n’ont pas suscité grand débat et les délibérations ont été adoptées sans encombre.

Pour synthétiser, la Collectivité se félicite à travers son compte administratif “d’une bonne gestion sur 2019” matérialisée notamment par :

  • 21,4 M€ de résultat final
  • 11,1 M€ générés pour les investissements futurs
  • 25 M€ d’économies sur la fonction de fonctionnement par rapport à 2018

Le comptable public n’a quant à lui pas fait de commentaire particulier sur son compte de gestion, préférant utiliser son temps de parole pour adresser quelques messages quant à ses objectifs et sa ligne de conduite pour 2020.

En illustration, Alain Contant n’a d’ailleurs pas hésité à citer le Premier président de la Cour des comptes, Pierre Moscovici : “Les finances publiques, ce n’est jamais “open bar” !” Entendez par là que le contrôle et la performance du recouvrement resteront au centre de l’action du centre des Finances publiques de Saint-Martin.

La forme : Sans émotion, ni motion

On le disait sous pression, déstabilisé, voire même en danger dans son leadership et d’aucuns prévoyaient une réunion tumultueuse. En réalité, ce conseil territorial aura été le théâtre de moults félicitations et allégeances à l’endroit du président et de ses efforts de gestion des finances ou de son projet de montée en puissance de l’Administration.

C’est donc un président conforté par des élus timorés, opposition incluse, qui a mené ce CT tambour battant et chronomètre en main, ferme et prêt à répondre à toutes les questions qui n’ont d’ailleurs pas été posées, même dans le cadre des questions diverses qui auront porté principalement sur le contrôle des déplacements entre les deux côtés de l’île, les capacités d’engagement financier de la COM et même… les toilettes publiques ! 

La motion pourtant portée par certains élus de la majorité sur la préférence à l’embauche locale aura donc fait l’un des plus beaux pschitt auxquels nous ayons assisté.

Le Président ne sera donc pas tombé dans le sulfureux panneau tendu la semaine dernière par une partie de ses élus et aura su désamorcer grâce à un subtil discours ce qui devait être une ébauche de fronde menée au titre de la prévalence locale sous couvert d’un maintien du Directeur des Affaires Financières dans ses prérogatives… notons qu’en la matière, le congé maladie dont celui-ci dispose est supposé prendre fin ce lundi 03 Août. 

Sur le sujet attendu des ressources humaines

Pour autant, en réponse à une “certaine presse”, nommée Saint-Martin’s Week, qui n’a de cesse de souligner les tensions suscitées, tant au sein de la Collectivité qu’au sein de la société saint-martinoise dans toutes ses composantes, par les choix de recrutement de l’exécutif, le président Gibbs a (enfin) assumé sa position en la matière.

Que remerciements lui en soient adressés d’autant plus que ladite “certaine presse” est plutôt en phase avec les grandes lignes annoncées, à savoir :

  • Attention au communautarisme engendré par l’opacité de ces embauches extérieures qui tendent à stigmatiser l’arrivant d’une part et le “local” d’autre part. “N’oublions jamais que la division est la première étape funeste de l’effondrement…” a ainsi rappelé Daniel Gibbs dans ses propos liminaires.
  • La préférence locale ne saurait servir de prétexte à l’impunité et au maintien en poste d’agents défaillants. Si, en affirmant que “personne à la collectivité de Saint-Martin, ne peut prétendre conserver son poste à vie, en toute impunité”, le président faisait ici clairement allusion à la pression subie autour du déplacement du DAF, il est rassurant d’apprendre qu’il est globalement prêt à mettre en place un système basé plus sur la performance que sur le plénipotentiaire sésame du “I’m from here.”
  • Probité et compétence doivent supplanter le clientélisme, le laxisme et l’entre-soi dans les choix de recrutement et d’affectation opérés à la COM.

De là à conclure que tous ceux qui ont été écartés, placardisés ou remerciés sont soit incompétents soit corrompus et que la surreprésentation de certaines couleurs politiques ou obédiences à la tête de la pyramide administrative relèverait du hasard…, il y a un fossé que nous ne franchirons pas… 

Daniel Gibbs, Président du Conseil Territorial de la Collectivité de Saint-Martin lors du dernier CT : “Il nous faut changer ces habitudes qui nous font tant de mal, nuisent à notre crédibilité et renforcent nos ennemis, visibles et invisibles.”

C’est donc sur cette base que “des propositions de réformes et de dérogations seront adressées au ministre des Outre-mer dans les prochaines semaines. Il s’agira, d’ici la fin de l’année prochaine, d’élaborer un plan ambitieux sur dix ans. A cet horizon, nous devrions ainsi disposer d’au moins une centaine de cadres locaux supplémentaires, dans tous les secteurs clé de l’administration et de l’économie privée de notre territoire.” 

A défaut de reculade, la gestion des ressources humaines de la COM, véritable vivier d’électeurs, s’apprête donc à prendre un nécessaire virage qui, si bien négocié, pourrait s’avérer aussi porteur de voix, car malgré certaines idées reçues, de nombreux Saint-Martinois ou résidents de longue date, sont aussi en attente de ces changements et depuis si longtemps qu’ils ne trouvent plus la motivation des urnes…

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.