Temps de lecture estimé : 4 minutes

Depuis plusieurs mois, Harmony Production pour Mariott International travaille à un projet d’implantation de la prestigieuse enseigne hôtelière sur la Baie Nettlé. Travail d’ampleur puisque s’il ne peut être nié que la destination aurait bien besoin de nouvelles pépites, le projet devait se frayer un passage réglementaire au milieu de la révision du PPRn en cours.

Le très bel accueil des pouvoirs publics…

Evidemment ! Comment pourrait-il en être autrement au regard du marasme économique et de la dégringolade de l’appétence touristique de la partie française de l’île ?
Services de la Préfecture comme Présidence de la Collectivité ont donc salué l’existence du projet et se sont appliqués à faire en sorte qu’il soit réalisable et ce malgré la réalité de l’arrêté d’application par anticipation du PPRn en cours de révision.

Sur cette base, Harmony Diffusion transmettait à la presse locale un communiqué qui redonne le sourire :“Harmony Promotion et Marriott International accompagnés par un consortium d’investisseurs, annoncent la création d’un Hôtel 5 étoiles dans la Baie Nettlé. Ce projet comporte 168 chambres dont 10 beach Villas, 4 island villas, 22 suites et 132 guest rooms en contrat de management avec Marriott. Il comprend également un centre de bien être SPA, deux restaurants dont un restaurant gastronomique, des salles de réceptions et de séminaires, un centre de convention et une zone commerciale, une Marina avec 8 Villas de grand standing et enfin 52 appartements.”

Mais depuis peu, c’est moins simple !

Et oui car si architectes et autres techniciens spécialistes de la construction, des risques naturels et autres contraintes du PPRn et des documents d’urbanisme ont planché pour que ce projet puisse s’inscrire dans le cadre du PPRn pris par anticipation, celui-ci n’existe plus depuis la décision du Tribunal administratif d’en annuler l’arrêté.

En d’autres termes, il faudrait aujourd’hui que le projet s’inscrive dans le cadre du PPRn de 2011 renforcé par le porter à connaissance du risque de submersion marine de novembre 2017.

La préfecture sur le sujet a naturellement exprimé tout son intérêt pour le projet et indique que l’Etat “travaille pour le bon aboutissement de ce projet dans le respect des codes et réglementations en vigueur.”

La réalisation d’un aménagement global de la zone (réalisé sur la base d’études techniques) et le placement des activités à risques (sommeil) dans les zones moins exposées qui étaient d’actualité mais ne le sont plus. Aujourd’hui seules les zones en bleu clair du porter à connaissance pourraient être construites tout en respectant les prescription du PPRn de 2011.

D’autre part, le rapport Lacroix écrit clairement qu’il n’y aura pas de constructions nouvelles dans les zones à risque fort dans le PPRn définitif, ce qui tendrait à supposer que seules les zones en bleu clair pourraient être construites… un casse tête en terme de rentabilité du projet.

La Collectivité sur le sujet va avoir toutes les peines du monde à instruire le permis de construire et pourrait bien  être contrainte ou de le refuser ou de surseoir à statuer jusqu’à ce que le PPRn définitif voit le jour, soit au mieux à la fin du premier trimestre 2021…

Il ne reste qu’à croiser les doigts pour que les investisseurs trouvent la ressource financière pour adapter encore ce projet et aient la patience d’attendre la fin de cette procédure, sachant que, comme a pu nous le confirmer un interlocuteur d’Harmony Production, “d’autres destinations ouvrent aussi la porte à de pareils investissements”.

Que le PPRn pris par anticipation ne soit pas parfait n’est pas une surprise, qu’il ne convienne pas à la population, aux élus ou aux développeurs n’en est pas une non plus mais les délais qu’a subi la procédure nous amènent aujourd’hui 3 ans après le sinistre à devoir encore attendre une version définitive suffisamment consensuelle pour qu’elle soit acceptée par le territoire. Les projets sérieux eux risquent d’aller voir ailleurs.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.