Temps de lecture estimé : 5 minutes

Si le marché de l’emploi privé est en berne avec une augmentation globale du chômage estimée à 9% sur le dernier trimestre, la Fonction publique semble, elle, offrir de nombreuses opportunités sur le territoire entre nécessaire renforcement de l’administration territoriale et sérieux turn-over au sein des services de l’Etat.

La préfecture recrute, une aubaine pour les Saint-Martinois et pour l’Etat

Ainsi, durant le mois d’août, les sites spécialisés référençaient des appels à candidatures à destination de la préfecture de Saint-Martin et Saint Barthélemy pour :

Toutes ces offres sont scrupuleusement relayées sur notre site Internet avec l’espoir qu’elles puissent intéresser des profils locaux qui auraient le mérite d’une part de doter les services républicains d’une appréhension plus humaine de nos problématiques et d’autre part de combler le fossé entre la population locale et ce “monstre” nommé Etat. 

Il existe en effet toute une part technico-administrative des missions préfectorales dont la mise en oeuvre jouirait certainement d’un meilleur accueil populaire si portée par des citoyens impliqués et bénéficiant d’une meilleure connaissance des réseaux, us, coutumes et histoire de ce territoire si particulier.

En parallèle, que les services déconcentrés de l’Etat affichent un visage plus local, que des citoyens de cet endroit s’approprient des prérogatives nationales aurait à la fois des vertus pédagogiques au sein des familles et participerait indubitablement de la nécessaire réconciliation entre la population et la Nation.

Du difficile exercice de la mobilité et de la continuité du service

Mais les règles de la Fonction publique sont complexes et répondent à un cadre législatif et normatif strict, entre durées minimales et maximales d’occupation, dispositifs de mobilité, avancement de carrières, mouvements internes, recrutements externes, etc. Autant de facteurs qui, outre la volonté même des tenants des postes ou des aspirants, génère un turn over important et “une instabilité chronique qui affecte la qualité du service rendu aux usagers”, d’après le dernier rapport de la Cour des comptes sur l’affectation et la mobilité des fonctionnaires d’Etat (juillet 2019).

Si l’on ajoute à cela le fait que, toujours selon la Cour des comptes, du fait d’une politique d’affectation fondée principalement sur l’ancienneté et le classement, certaines zones dont fait visiblement partie Saint-Martin, “sont surdotées en jeunes fonctionnaires, souvent désireux de quitter au plus vite une affectation non souhaitée”, on se retrouve confronté à un inexorable jeu de chaises musicales, évidemment préjudiciable à la continuité du service public d’une part et au confortement du rôle de l’Etat sur un territoire qu’il n’a investi que très tardivement d’autre part.

En ce qui concerne Saint-Martin, ce turn-over est sans doute de plus exacerbé auprès des agents impliqués dans la gestion des crises successives subies par le territoire : Irma, PPRN, blocages et maintenant COVID et tensions liées aux mesures de restriction afférentes.

Un p’tit tour et puis s’en va…

En attendant, les départs se multiplient au sein des services de l’Etat, accentuant encore un peu l’inertie des procédures diverses et autres projets.

La justice et le système judiciaire, déjà sous-dotés, sont ainsi quelque peu orphelins sur notre territoire depuis que Jean-Luc LENNON a demandé à être déchargé de sa fonction de Procureur au mois de Juillet et que le vice-procureur Yves PAILLARD a été nommé juge des libertés et de la détention au Havre. Avant eux, c’est le juge Catherine AYACHE-BARBOTIN-LARRIEU qui avait, à sa demande, quitté le tribunal de Saint-Martin pour rejoindre Fort de France. Selon nos sources, leurs postes n’auraient pas encore fait l’objet de remplacements pérennisés, mettant de fait un coup d’arrêt à l’encours, pour le plus grand bonheur de certains…

Au sein de la préfecture, c’est le Cabinet qui est étêté avec le départ récent de son Directeur, Grégoire PIERRE-DESSAUX, et de son adjointe, Stéphanie LE GAGNE.

Un peu plus loin, le staff de la Préfecture de Guadeloupe, qui demeure notre administration étatique de tutelle, est en plein renouvellement avec l’arrivée du Préfet Alexandre ROCHATTE et le départ du sous-préfet de Pointe-à-Pitre, Jean-Michel JUMEZ ou encore celui de la Secrétaire générale de la préfecture, Virginie KLES. Dix-sept postes sont en outre à pourvoir au sein de la Fonction publique d’Etat en Guadeloupe.

Tout cela pour dire que, même si tous nos voeux de succès dans leurs nouvelles fonctions accompagnent ces fonctionnaires, leur départ nous imposera dans la pratique de nouvelles latences, le temps que leurs successeurs, pour ceux qui voudront bien en faire l’effort au-delà de la froideur des textes et des rapports dont ils hériteront, comprennent les endroits où ils mettent les pieds, voire les femmes et hommes qui y résident… jusqu’aux prochains…

20190711-rapport-affectation-mobilite-fonctionnaires-2

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.