Temps de lecture estimé : 3 minutes

Une élection qui est forcément un peu lointaine pour la population et l’électeur mais qui est pourtant d’importance pour la Collectivité…

En lice pour le moment, Guillaume Arnell, sénateur sortant, Annick Pétrus, candidate de la majorité adoubée par le Président Gibbs et Steven Patrick, candidat lui aussi de la majorité et cela change forcément un peu la donne.

Cela témoigne déjà de la réalité de la scission au sein de la Team Gibbs. Cela promet ensuite des moments très particuliers après l’élection puisque la majorité ne pourra plus se cacher derrière un paravent en simulant encore l’unité. Qu’il gagne ou perde, Patrick Steven, Vice Président en charge du pôle développement durable affiche avec cette candidature une rupture avec la ligne politique du Président Gibbs comme avec ses méthodes.

Parce que le mandat de sénateur est d’importance pour la Collectivité, nous étions en attente depuis son retour de vacances d’une initiative du Président Gibbs pour clarifier la situation scabreuse née de cette double candidature dans ses propres rangs. Cela semble se profiler puisque une réunion du groupe est planifiée pour la semaine prochaine, mardi, et il serait surprenant que le sujet “sénatoriales” ne soit pas au menu. Pour rappel, la date limite de dépôt des candidatures est fixée au 11 Septembre prochain, soit vendredi, à 18:00, pour une élection qui se déroulera le 27 septembre.

Au regard du tempérament d’Annick Petrus et de Steven Patrick, il serait surprenant que le Président Gibbs parvienne à ce que l’un des deux ne candidate pas. Une position tout autant autoritaire que faussement sacrificielle pourrait être pour le Président de trancher en posant sa propre candidature, motivée par une volonté de conserver un peu d’unité dans le groupe et une certaine stabilité à la mandature pour rallier 2022.

Mais un second mandat de parlementaire pour Daniel Gibbs, c’est surtout la garantie d’une retraite dédiée plus intéressante ! A moins que l’affaire juridique en cours et qui vise à la fois le Président Gibbs, la 1ère Vice Présidente Valérie Damaseau et la 3ème Vice Présidente Annick Petrus ne se solde à l’issue du procès de janvier 2021 par un jugement comportant une part d’inéligibilité et de démise des mandats en cours et que cette part ne soit pas suspendue par l’appel du jugement lorsqu’il aura été prononcé (Mars, avril ou mai 2021).

Parallèlement, si nous évoquons cette possibilité du Sénat pour le Président Gibbs depuis novembre 2017, ce dernier n’a de cesse d’affirmer haut et fort qu’il ne sera pas candidat, sa dernière intervention publique sur le sujet est d’ailleurs très récente puisqu’elle date de juillet dans les colonnes de nos confrères de l’excellent Pélican.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.