Temps de lecture estimé : 3 minutes

« France relance », c’est le nom du plan de relance présenté ce jeudi 3 septembre 2020 par le gouvernement et doté de 100 milliard d’euros pour soutenir l’économie française face à la crise sanitaire.

Sur les 100 milliards d’euros de l’enveloppe globale, 1.5 milliard sera fléché directement vers les territoires ultramarins qui auront en outre accès à l’ensemble des mesures nationales.

Si le chiffrage par territoire n’est pas connu, quelques axes prioritaires ont ainsi été identifiés outre-mer afin de bénéficier du soutien de l’État : soutien des collectivités locales, mise aux normes des bâtiments publics, modernisation des réseaux d’eau, et des mesures dédiées pour l’emploi et la cohésion sociale.

L’objectif affiché du plan de relance est de financer des projets concrets à échéance deux ans et lorsque l’on s’attarde sur la lecture des quelques 300 pages de la feuille de route gouvernementale, force est de constater que nombre de ces projets est d’ores et déjà identifié, tels que : 

  • Confortement parasismique du Centre hospitalier de Basse Terre (Guadeloupe), du CH du Saint Esprit (Martinique), du CH Nord Caraïbe (Martinique), du CH Maurice Selbonne (Guadeloupe), etc.
  • Confortement de la préfecture de Basse-Terre,
  • Réhabilitation de la sous-préfecture de Pointe-à-Pitre
  • Reconstruction des parties de casernes éligibles de gendarmerie de Baie Mahault
  • Travaux de confortement de la gendarmerie de la Trinité
  • Confortement du Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage Antilles Guyane
  • Construction des groupes scolaires de Basse Pointe, du Vauclin, du Lamentin, du Prêcheur, du collège du Lamentin
  • Confortement de 4 Centres d’intervention et de secours et de l’école des sapeurs-pompiers
  • Actualisation des diagnostics de vulnérabilité des établissements d’enseignement privé, réalisés en 2011 et 2012 et premières tranches de travaux.

Ces projets s’inscrivent dans l’axe “Résilience” du plan doté de 50 M€ exclusivement dédié à la Martinique, la Guadeloupe et… Saint-Martin, même si aucun projet local ne semble avoir retenu l’attention des rédacteurs, pour peu que des projets existent… 

Il faudra attendre le vote du projet de loi de finances 2021, dans les prochaines semaines, pour connaître la répartition exacte de l’enveloppe ultramarine par territoire.

Les déclinaisons locales feront l’objet de plans territorialisés qui seront construits d’ici à la fin de l’année, sous l’égide des préfets et en lien avec les élus locaux et le monde socio-économique.

Philippe Gustin, Directeur de Cabinet du Ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu le 03 septembre : « Un travail va devoir être fait territoire par territoire en fonction du cadre de chacun. Le travail qu’il nous reste à faire c’est celui de la déclinaison locale de l’ensemble de ces mesures. Un travail qu’on a commencé avec les préfets« .

En extrapolant grossièrement, si la part dédiée à chaque territoire devait être calculée sur la base de sa population, Saint-Martin pourrait prétendre à 20 M€ qui pourraient se matérialiser par de dotations directes qui seront mises en oeuvre par la préfecture ou des mesures ministérielles déployées au niveau local…

En réalité, il est plus probable que l’enveloppe soit fixée en fonction des projets présentés par la Collectivité d’une part et les opérateurs de l’État d’autre part, en espérant que les ambitions affichées par le Ministère des outre-mer trouvent un écho local dans  la concertation et le dialogue…

Plan de relance Outre-mer
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.