Temps de lecture estimé : 2 minutes

Troisième assemblée constitutionnelle de la République après l’Assemblée nationale et le Sénat, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) vit actuellement des moments importants dans le cadre de la réforme constitutionnelle voulue par le gouvernement.

La Délégation Outremer, au sein de laquelle Inès Bouchaut-Choisy, représentante au CESE de la Collectivité de St Barthélemy, bataille pour que les territoires ultramarins conservent tous la possibilité d’une représentation au sein de l’assemblée alors même que la réforme prône une réduction importante du nombre de membres au Conseil.

Le lobbying est intense mais ne semble pas suffisant puisqu’hier, alors qu’un amendement à la future Loi Organique prévoyait bien dans son article 7 alinéa 8 que “La composition du Conseil assure une représentation des départements et régions d’outre-mer, des collectivités d’outre-mer et de la Nouvelle-Calédonie”, cet article est devenu : “La composition du Conseil assure une représentation des Outre-mer”. Péril pour la représentation des 11 territoires ultramarins puisque cette nouvelle version n’ouvre rien de moins que la porte au rabotage de sièges.

Il appartient donc aux parlementaires ultramarins de se manifester de façon un peu plus virulente pour que les Outremer gardent leur représentativité au sein du CESE dans sa nouvelle version…

Des propositions seront faites en ce sens par la Délégation Outremer du CESE.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.