Temps de lecture estimé : 3 minutes

Moment pivot de ce mois de septembre 2020, les élections sénatoriales se dérouleront ce dimanche. La Préfecture accueillera l’unique bureau de vote qui sera ouvert dès 8:30 et jusqu’à 11:00 pour le premier tour et de 15:30 à 17:30 pour le second tour si celui-ci était nécessaire.

Si à Saint-Barthélemy le suspens est nul puisqu’une seule candidate est en lice en la personne de Micheline Jacques qui devrait succéder à Michel Magras, la situation est un peu plus complexe à Saint-Martin avec 4 candidats.

Les candidats

Guillaume Arnell, sénateur en fonction est candidat à sa réelection. Annick Petrus, 3ème Vice-Présidente en charge du social et de l’éducation est elle aussi en lice en tant que candidate de la majorité. Marthe Ogoundélé Tessi a aussi fait acte de candidature, candidature qui a semé quelque peu le trouble dans les rangs des grands électeurs, puisque si elle est supposée siéger aux côtés du MJP de Louis Mussington avec lequel elle a été élue, sa proximité avec le Président Gibbs n’est un secret pour personne. Enfin, Erwan Trotel en tant que candidat issu de la société civile complète lui le tableau de ces élections sénatoriales.

Le sénateur Arnell motive sa candidature par une volonté de stabilité et un bilan dont il est le seul à pouvoir se prévaloir. Durant ces 6 années de mandat, le Sénateur Arnell affirme « avoir toujours privilégié les intérêts de la Collectivité” et se fait fort de poursuivre dans cette voie.

Annick Petrus a pour elle d’être donnée mathématiquement gagnante puisque sa candidature est celle de la Team Gibbs et que le Président éponyme a su, enfin, assumer publiquement ce choix durant le Conseil Territorial d’hier par ces mots : “Notre majorité dispose aujourd’hui d’une unique candidature, en la personne d’Annick Petrus. Je lui apporte donc, en toute logique, mon soutien plein et entier.” Annick Petrus l’annonce, son plus grand souhait “est que nous arrivions ensemble à construire et défendre le nouveau projet économique et social de Saint-Martin au profit d’une richesse partagée (…)”

Marthe Ogoundélé-Tessi, sur la base de l’expérience accumulée lors de sa carrière politique, est elle motivée par la volonté de redonner à Saint-Martin son rayonnement” et assure qu’elle travaillera de concert avec la majorité territoriale parce que “le Sénat doit rester la haute chambre qui continue à défendre les intérêts des Collectivités face à un Etat qui se décharge de ses responsabilités.”

Pour Erwan Trotel, sa candidature trouve sa légitimité dans la connaissance du territoire où il réside depuis 20 ans et dans les maux qui le rongent : “le communautarisme grandissant, la complexité de son aménagement territorial, la fragilité de son économie, les tensions entre instances locales et nationales.” Le candidat de la société civile appelle à “penser autrement” et à faire un choix qui soit et dépassionné et loin des stratégies politiques.

La logique s’il en est une…

Une élection, c’est avant tout affaire de mathématiques, et le soutien enfin affirmé du Président Gibbs à Annick Petrus vient quelque peu simplifier l’équation. La logique pose donc la candidate de la majorité comme large favorite de ce scrutin et affirme même la possibilité que l’élection soit réglée en un tour.

Mais tout n’est pas affaire de logique et dans le secret de l’isoloir, beaucoup de choses peuvent se produire. Une chose est certaine par contre, si Annick Petrus n’était pas élue, c’est l’autorité du Président Gibbs sur sa propre majorité qui serait profondément remise en question. Et puisque nous ne lâchons rien nous non plus, certains élus nous disaient encore hier que le meilleur des candidats aurait été le Président lui-même…

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.