Temps de lecture estimé : 4 minutes

Crise sanitaire, complexité organisationnelle, absence de coordination, urgences plus prégnantes, incompatibilité d’agendas ou d’humeurs… autant de raisons diverses et variées qui font que cette année encore, il ne sera pas nécessaire de noter les traditionnelles rencontre de la sécurité sur vos tablettes…

Un rendez-vous annuel pour tous les Français

Initiées par le ministère de l’Intérieur et organisées au mois d’octobre en France et en Outre-mer depuis 2013, les rencontres de la sécurité se veulent un “rendez-vous annuel donné à l’ensemble des Français par ceux qui veillent sur leur sécurité”, une mise en lumière de l’action de proximité de l’Etat, celle qui informe, prend soin et nourrit un lien, dont on regrette régulièrement la déliquescence,  en humanisant…

Il s’agit, en effet, au travers d’un programme d’événements et d’échanges dont la nature et la forme sont laissées à la discrétion des préfets selon les enjeux de sécurité du territoire, de valoriser l’engagement et le travail des forces de l’ordre et de sécurité auprès des citoyens et pourquoi pas, susciter quelques vocations…

Cette année, ces rencontres, qui rencontrent généralement un joli succès, sont évidemment marquées par la crise sanitaire et les mesures de distanciation afférentes.

Pour autant, le Ministère de l’Intérieur a maintenu le rendez-vous de la 8ème édition de manière adaptée avec d’une part un focus particulier sur l’action des forces de sécurité en faveur de la protection de nos concitoyens face au virus et de l’autre, une large part laissée à la dématérialisation et aux réseaux sociaux.

Ainsi les rencontres de la sécurité 2020 se tiennent, envers et contre tout, du mercredi 7 au samedi 10 octobre sur tout le territoire français, sauf… à Saint-Martin.

Saint-Martinois, circulez, y’a rien à voir…

Pour la deuxième année consécutive, ces rencontres n’auront en effet pas lieu à Saint-Martin où la dernière édition s’était déroulée en 2018.

Deux ans donc que n’est plus offerte à la population saint-martinoise l’opportunité de découvrir des carrières et celles et ceux qui s’engagent pour notre sécurité. Pourtant, cette année, le ministre de l’Intérieur invitait à se focaliser sur des thématiques bien prégnantes sur notre territoire telles que la lutte contre la COVID-19, les accidents de la route ou encore la gestion des catastrophes naturelles…

Si l’on ajoute à cela les tensions exacerbées par les crises sociales successives entre les forces de l’ordre et une part de la population, la défiance d’une autre part à l’endroit des autorités, le sentiment généralisé d’impunité vivifié par les défaillances de la justice notamment, et le manque de visibilité du nouveau commandant de gendarmerie là où ses prédécesseurs étaient plutôt proches de la population dans toutes ses strates… le besoin de décloisonnement de la relation du citoyen aux services de sécurité, et de soigner des moments de rencontres entre ces deux mondes qui le reste de l’année ne se côtoient que peu ou dans des conditions particulières est pourtant bien réel sur le territoire au profit de la cohésion sociale, de la citoyenneté, voire même de la solidarité. Peut-être l’année prochaine…

MAJ : La préfecture Saint Barthélemy et Saint-Martin s’est depuis saisi du sujet sur ses réseaux sociaux.

Puisque le sujet est d’importance…

En attendant, le citoyen concerné ou curieux pourra toujours profiter du programme concocté par la préfecture de guadeloupe et qui se déroulera essentiellement de manière dématérialisée, mais pas que…

Le Préfet de la Région Guadeloupe dans son dossier de presse consacré aux Rencontre de la Sécurité : “En permettant une meilleure connaissance de tous les acteurs de la sécurité, mais aussi des besoins et des demandes de la population, les Rencontres de la sécurité contribuent au respect mutuel que chacun mérite.” 

Mises en avant des effectifs dédiés à la sécurité et au secours, interventions au sein d’établissements scolaires pour sensibiliser les élèves aux premiers secours, aux risques naturels et à la sécurité routière, publications multiples sur les réseaux sociaux (Facebook, twitter et Instagram) de la préfecture : sauvetage sur terre, en mer, visites de centres, sensibilisation aux premiers secours, sécurité routière… le programme guadeloupéen est vaste et nous laisse, avouons-le, quelque peu envieux…

 

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.