Temps de lecture estimé : 2 minutes

Mercredi 14, le Conseil des ministres a pris la décision de placer l’ensemble du territoire français en état d’urgence sanitaire à compter de samedi prochain à zéro heure.

Cette décision vaut pour une durée minimale de 4 semaines et a vocation à se prolonger au-delà, si le Parlement le valide, sur la base d’un projet de loi dont il sera saisi dès la semaine prochaine.

Cette décision tire les conséquences de la dégradation de la circulation virale observée depuis une dizaine de jours et implique notamment, outre le couvre instauré dans certaines régions, que :

  • toutes les fêtes privées, comme les mariages ou les soirées étudiantes qui se tiennent dans des salles des fêtes, dans des salles polyvalentes ou tout autre établissement recevant du public seront interdites
  • tous les restaurants de France devront appliquer un protocole sanitaire renforcé
  • la règle d’un siège sur deux devra s’appliquer dans tous les lieux où l’on est assis et le nombre de visiteurs sera limité
  • dans tous les lieux où l’on circule debout, le nombre de visiteurs sera régulé
  • renforcement du télétravail

 

En conséquence de quoi et afin de tenter d’amortir le choc induit, le Gouvernement planche sur un plan d’urgence économique prévoyant :

  • prolongement de l’activité partielle prise en charge à 100% jusqu’au 31 décembre 2020
  • exonération de cotisations sociales pour les TPE et les PME
  • renforcement du fonds de solidarité pour les secteurs hôtellerie-cafés-restauration, tourisme, événementiel, sport, culture et ceux qui en dépendent fortement
  • élargissement du dispositif de fonds de solidarité

En outre, plus de 4 M€ de foyers seront gratifiés d’une prime de 150 € par personne assorti d’une prime de 100 € par enfant.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.