Temps de lecture estimé : 3 minutes

Le mur de l’Hôtel Mercure datant de 1989 fut construit avec des grilles entres les poteaux.

Irma a détruit les grilles emportant tous les débris de la copropriété d’en face, occasionnant plusieurs millions d’euros de dégâts en détruisant les 59 chambres et suites du rez-de­chaussée de l’Hôtel.

Le Président MACRON a demandé de bousculer les règles et de reconstruire MIEUX. Seules les constructions en BETON ONT TENU. La décision de remplacer les grilles par du béton a été adoptée pour protéger les biens et les personnes.

Ce réflexe pourtant légitime a été sanctionné par la Justice avec une importante amende, une garde à vue du propriétaire et ordre de démolir le mur sans la dérogation express des autorités compétentes de la COM. Un tollé d’indignation et de protestation contre la démolition du mur s’est fait entendre sur les réseaux par la population.

L’Hôtel Hommage est connu pour son Mécénat et amour de l’Art. Chaque année des artistes résidents, qui produisent des œuvres originales appréciées de tous les touristes comme des locaux, ont décidé de façon spontanée à peindre des fresques murales côté route pour le plus grand plaisir de la population.

La réglementation prévoit une hauteur maximum des murs de 1.80 m et une ouverture de 60%. Cette ouverture de 60% est dans la loi pour faciliter les interventions du service de l’Urbanisme de déceler toute construction illicite depuis l’extérieur sans avoir à pénétrer dans le domaine privé. Sauf que !’Hôtel est ouvert au public et que les agents peuvent entrer et sortir à leur guise. C’est pour cette raison qu’une dérogation a été demandée. Il y a la Loi mais aussi l’esprit de la loi.

Puis il suffira de rabattre le mur de seulement 19 cm. Une étude faite par SAFEGE (Groupe Suez) a démontré que le danger de l’effet des vagues et de la mer peut être évité par la démolition d’une partie du mur garantissant ainsi la fluidité naturelle.

Cette démolition partielle est en préparation.

Les autorités pourront alors régulariser et assurer la pérennité du Wall of Art qui est devenu le 3ème site le plus visité de l’lle par les touristes sur les réseaux sociaux, avec pour conséquence la diffusion de nombreuses photos qui font le tour du monde donnant l’envie de nous visiter.

Les plus grands peintres contemporains français de l’Ecole de Sète et les artistes locaux ont, après Irma, offert le plus beau cadeau à notre communauté qui a fait preuve de courage et résilience suite à l’ouragan le plus dévastateur au monde. Ces couleurs désormais illuminent notre vie, et appartiennent à tous les Saint-Martinois. Espérons que les autorités feront une application mesurée de la Loi.

Commenter avec Facebook
A propos de l’auteur

Communiqués, internautes, divers, "Autre" se charge de signer les articles qui rentrent de cette catégorie variée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.