Temps de lecture estimé : 2 minutes

Interpellés à plusieurs reprises, le fait est que le cimetière de Marigot, dont le mur d’enceinte a été restauré après Irma, semble clairement à l’abandon.

La végétation s’y développe, les caveaux à ciel ouvert sont nombreux, plus nombreux que ceux qui semblent entretenus… Les ordures et déchets sont entreposés dans l’enceinte du cimetière et ne semblent pas faire l’objet d’un ramassage régulier.

“Comme j’ai honte de notre cimetière à Marigot !!! Tellement honte !!! La ou les personnes en charge sont-elles absentes ? ”

Alors que la Toussaint approche, les caveaux voient proliférer les larves de moustiques, accueillent les détritus, à mille lieu de la décence et de la salubrité que sont supposés imposer le lieux, alors même que l’épidémie de dengue est avérée.

Si la responsabilité de la Collectivité peut très clairement être engagée, celle des concessionnaires ne l’est potentiellement pas moins tant sont nombreux ceux qui se dérobent à l’obligation d’entretien de leur concession.

L’article L.2213-8 du code général des collectivités territoriales (CGCT) prévoit que « le Président de la Collectivité assure la police des funérailles et des cimetières» et lui impose maintien de l’ordre et de la décence dans les cimetières. Le Président doit également, au titre des pouvoirs de police générale qu’il détient en vertu de l’article L.2212-2 du CGCT, assurer le bon ordre, la sécurité et la salubrité dans le cimetière. Il résulte de ces dispositions que le Président peut engager la responsabilité de la commune s’il n’utilise pas ses pouvoirs de police pour faire cesser tout acte de malveillance ou garantir aux titulaires de concessions une jouissance paisible de leur emplacement.

Jacques Delors : “La France est le plus grand cimetière des lois non appliquées.”

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.