Temps de lecture estimé : 4 minutes

Un colloque exclusivement en ligne sur inrap.fr 

Dans le cadre de sa politique de partage des connaissances scientifiques, l’Inrap propose chaque année son colloque international sur une thématique réunissant des scientifiques français et étrangers. Les 16 et 17, puis 20 et 21 novembre prochains, l’Inrap présente en partenariat avec le musée d’Aquitaine et l’université des Antilles « Archéologie des rivages : habiter le littoral de la Préhistoire aux Temps modernes », sous la direction scientifique de Florence Verdin, archéologue à l’université Bordeaux Montaigne et de Marc Bouiron, directeur scientifique et technique à l’Inrap.

#ScienceEnLigne : une nouvelle forme de colloque 

L’Inrap a souhaité développer un format inédit de colloque intitulé #ScienceEnLigne et diffusé en direct sur la plateforme inrap.fr. 

Initialement prévu des deux côtés de l’Atlantique, avec un volet guadeloupéen et un autre bordelais, « Archéologie des rivages. Habiter le littoral de la Préhistoire aux Temps modernes » constitue ainsi les deux premiers opus de cette nouvelle « collection scientifique » en ligne et en direct. Ce colloque en deux temps forts se déroulera les 16 et 17 novembre (aux horaires de la Guadeloupe, +5h en métropole) #ScienceEnLigne1 et les 20 et 21 novembre #ScienceEnLigne2 (aux horaires de la métropole). 

L’homme et son environnement au centre du colloque 

Les espaces littoraux, systèmes géologiques et écologiques aux multiples configurations, aussi dynamiques que fragiles, sont aujourd’hui particulièrement menacés par le dérèglement climatique. Si la recherche s’est depuis longtemps intéressée aux milieux situés à l’interface terre-mer, l’accélération des phénomènes extrêmes et leur impact sur les vestiges conduisent à une prise de conscience inédite de l’urgence à sauvegarder et étudier des données de plus en plus vulnérables face aux multiples phénomènes d’érosion du trait de côte et à l’évolution des paysages. 

Les recherches archéologiques conduites sur les sociétés occupant les littoraux mettent en évidence, de la Préhistoire aux Temps modernes, les processus d’adaptation des populations. Face à un environnement changeant, elles ont tiré 

parti des ressources locales en développant des systèmes économiques, voire culturels, spécifiques. Ces recherches, à la croisée de plusieurs disciplines, apportent un recul historique utile pour comprendre les rapports entre l’homme et son environnement, question qui préoccupe tant nos sociétés actuelles. 

Cet aller-retour entre passé et présent constitue l’un des principaux intérêts de l’étude des espaces littoraux et explique que les différents acteurs de la recherche, du patrimoine et les gestionnaires du littoral désirent mettre en commun leurs savoirs. 

Ce colloque interdisciplinaire clôture la saison 2020 de l’Inrap, « Archéologie de la mer ».


L’Inrap 

L’Institut national de recherches archéologiques préventives est un établissement public placé sous la tutelle des ministères de la Culture et de la Recherche. Il assure la détection et l’étude du patrimoine archéologique en amont des travaux d’aménagement du territoire et réalise chaque année quelque 1800 diagnostics archéologiques et plus de 200 fouilles pour le compte des aménageurs privés et publics, en France métropolitaine et outre-mer. Ses missions s’étendent à l’analyse et à l’interprétation scientifiques des données de fouille ainsi qu’à la diffusion de la connaissance archéologique. Ses 2 200 agents, répartis dans 8 directions régionales et interrégionales, 42 centres de recherche et un siège à Paris, en font le plus grand opérateur de recherche archéologique européen. 


Direction scientifique Florence Verdin, archéologue à l’université Bordeaux Montaigne et Marc Bouiron, directeur scientifique et technique à l’Inrap – Comité scientifique #ScienceEnLigne1 Dominique Garcia, président de l’Inrap ; Jean-François Modat, Inrap ; Dominique Bonnissent, service de l’archéologie de Guadeloupe, Saint-Barthélemy et Saint-Martin ; Hervé Guy, service de l’archéologie de Martinique ; Régis Issenmann, service de l’archéologie de Guyane – Comité scientifique #ScienceEnLigne2 Florence Verdin, Université Bordeaux Montaigne ; Dominique Garcia, Inrap ; Marc Bouiron, Inrap ; Théresia Duvernay, directrice du développement culturel et de la communication, Inrap – Coordination Pascal Ratier, Inrap 

Commenter avec Facebook
A propos de l’auteur

Communiqués, internautes, divers, "Autre" se charge de signer les articles qui rentrent de cette catégorie variée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.