Temps de lecture estimé : 4 minutes

Face à ce qu’il convient désormais de nommer “la deuxième vague” épidémiologique, le Chef de l’État a annoncé ce mercredi un reconfinement d’au moins cinq semaines sur tout le territoire national, à l’exception des départements et territoires ultramarins.

Tour de vis en France hexagonale 

Ainsi, à partir de ce vendredi 30, les Français de l’Hexagone seront de nouveau soumis à un certain nombre de mesures restrictives qui ont été détaillées par le Premier ministre devant les parlementaires jeudi.

Parmi les modalités annoncées figurent donc le retour des attestations dérogatoires et la limitation des sorties aux achats de première nécessité, aux motifs de santé et de travail et dans les limites d’un rayon d’un kilomètre et d’une heure. Les commerces non essentiels, les établissements recevant du public, notamment les bars et restaurants, seront totalement fermés. Par contre, les usines, les exploitations agricoles et le secteur des Bâtiments et Travaux Publics notamment pourront continuer de fonctionner. Si les guichets des services publics resteront ouverts, le télétravail devra être instauré 5 jours sur 5 dans les administrations et dans le privé.

Sur le plan scolaire, les crèches, écoles primaires, collèges et lycées resteront ouverts, avec un protocole sanitaire renforcé incluant le port du masque obligatoire dès l’âge de 6 ans, tandis que les universités seront fermées.

Même si les parcs, les cimetières et les maisons de retraites restent ouvertes, les réunions privées en dehors du strict noyau familial seront interdites tout comme les rassemblements publics.

Sur le plan budgétaire ces nouvelles mesures, qui pourront être révisées tous les 15 jours, s’accompagnent d’une enveloppe de 20 milliards d’euros supplémentaires qui sera inscrite dans un nouveau projet de loi de finances rectificative.

Pas de changement à Saint-Martin

Les territoires d’outre-mer vivent l’épidémie en décalage avec l’Hexagone, le Président de la République a donc précisé lors de son allocution que ces mesures seront “adaptées” en Outre-mer. Comprenez- par là que les modalités de mise en œuvre des mesures de lutte contre cette deuxième vague sont laissées entre les mains des préfets ultramarins.

A Saint-Martin, la préfecture a été particulièrement réactive puisque deux heures seulement après l’intervention présidentielle, elle indiquait que, au regard de la baisse constatée des taux d’incidence et de positivité sur le territoire ces dernières semaines et de la proximité de la saison touristique, aucune nouvelle mesure ne serait implémentée. Celles déjà en place restent toutefois en vigueur, à savoir :

  • les débits de boisson et les restaurants ferment à minuit ;
  • les rassemblements de groupes de plus de 6 personnes sont interdits sur la voie publique ;
  • les rassemblements de plus de 6 personnes dans les établissements recevant du public doivent être obligatoirement déclarés en Préfecture ;
  • le port du masque est obligatoire dans l’ensemble des établissements recevant du public et dans les rues les plus fréquentées ;
  • les établissements recevant du public doivent faire appliquer la règle du 4m2 par personne ;
  • les restaurants peuvent continuer à accueillir des clients sans dépasser le nombre de 6 personnes par table, le port du masque y est obligatoire pour le personnel et les clients qui se déplacent et l’ensemble des clients doit être assis.

Ces mesures restent évidemment soumises à l’évolution de la situation sanitaire sur le territoire qui reste pour l’instant au-dessus du seuil d’alerte. “Si la situation sanitaire devait dégénérer en raison de comportements individuels, une mesure de confinement serait immédiatement adoptée”, a ainsi averti la préfecture.

A quelques jours du week end de la Toussaint propice aux rassemblements familiaux notamment, ces mots se doivent d’être mesurés à l’aune de la responsabilité individuelle de chacun tout comme doit également être mesurée notre chance, dans ce contexte particulier, de vivre ici plus qu’ailleurs…

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.