Temps de lecture estimé : 4 minutes

La semaine dernière, l’office de tourisme dévoilait au cours d’une conférence de presse Live sur sa page Facebook le “Bilan Staycation, stratégie et révolution numérique.” Et si nous retiendrons volontiers le chiffre de 1 Million comme la somme injectée dans l’économie locale par ce biais, quelques subtilités se font jour…

Bilan satisfaisant, très… Dixit la Présidente de l’OT

Opération séduction portée par l’Office de tourisme et destinée à injecter des fonds dans le secteur touristique en incitant, au travers de bons d’achat, une fréquentation locale et régionale des établissements saint-martinois en pleine crise sanitaire, Staycation affiche pour sa première édition un bilan dont Valérie Damaseau s’est dite fière et particulièrement satisfaite.   

Ainsi, selon l’Office de Tourisme, 4 844 bénéficiaires de bons Staycation ont ainsi eu accès à des prestations à prix réduits dans 62 établissements de la place.

En termes financiers, l’OT annonce une addition globale de plus d’un million d’euros dépensés par ces bénéficiaires dont plus d’un tiers réglé en bons. Sur les 515 000 € alloués à l’opération, 347 610 ont ainsi été consommés chez les participants avec une part naturellement prépondérante de l’hébergement qui aura remporté 71% du “gâteau.”    

Bilan mitigé pour la CCI… Dixit la Chargée de projet

Si, sous l’impulsion de la CCI et de sa participation de 15 k€ à l’enveloppe globale, l’opération était également ouverte aux commerces, leur participation aura été “plutôt timide” et les 22 enseignes inscrites au dispositif n’auront bénéficié que de 4 300  estampillés Staycation.

La CCI n’avait pourtant pas ménagé ses efforts dans le relais de la campagne tant sur ses réseaux sociaux, en interne ou sur le terrain mais soit le contexte et les incertitudes qui pèsent sur les ménages ne se prêtaient pas à ce type de dépenses (qui allaient pourtant du bouquet de fruits aux soins esthétiques), soit c’est l’offre globale qui n’est pas suffisamment attrayante et la désertification de Marigot est, dans les conditions actuelles, une fatalité…

Smile at life! Vous êtes surveillés….

Même si l’on ne peut que se réjouir de ce bien venu million d’euros, le territoire étant ce qu’il est, tout en exiguïté et absence d’anonymat, et ses acteurs étant ce qu’ils sont tout en langues déliées et partage d’informations, quelques interrogations résonnent dans les couloirs des instances chargées du contrôle et du recouvrement notamment.

En effet, si l’inscription à l’opération était dans le texte soumise à la production d’un KBIS et de liasses fiscale et sociale en bonne et due forme, on sait qu’une certaine souplesse incitative a été de mise sous réserve que les régularisations interviennent dans l’intervalle, le cas échéant. Il faudrait être naïf pour penser que cette condition ne fera pas l’objet d’une attention particulière des services concernés le moment venu tout comme le rapprochement entre les factures présentées et les déclarations de TGCA…

Il faudrait également être complètement inconscients pour croire que le fléchage des fonds et le retour sur investissement ne seront pas scrupuleusement scrutés puisqu’il est de notoriété publique que des établissements situés en partie hollandaise auront accueilli des bénéficiaires de bons financés par de l’argent public français, au travers notamment de centrales de réservation enregistrées côté français. L’affaire se corse un peu plus lorsque ces mêmes centrales sont dirigées par des élu(e)s du comité de direction de l’Office de tourisme, ou que certains membres du personnel apparaissent dans le réseau d’affaires de certains gérants de restaurants bénéficiaires, par exemple… 

Et lorsque d’autres élu(e)s, et non des moindres, s’octroient, l’exemple venant d’en haut, quelques jours de villégiature dans un établissement haut de gamme dans le cadre du dispositif, quelques signaux d’alerte sont émis. Si en plus, cet établissement ne figure pas sur la liste des 12 officiellement annoncés et affichés par l’OT, ces voyants virent au bordeaux et suscitent plus que de la curiosité…

En attendant le bilan définitif côté payeur / contrôleur, sur lequel nous aurons l’occasion de revenir, force est de constater que la ligne est particulièrement ténue entre l’exercice de mandats, qu’ils soient électifs ou sociaux, la loi, l’éthique et la sphère privée à laquelle nous avons tous droit et que malgré une vigilance accrue de gré ou de force, elle semble à Saint-Martin, régulièrement franchie… 


Bilan STAYCATION, le document officiel

Conference-presse_OT_2210

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.