Temps de lecture estimé : 6 minutes

Point sanitaire hebdomadaire du lundi 9 au dimanche 15 novembre 2020

Situation sanitaire :

Détail des cas

Saint Martin : on dénombre 34 nouveaux cas à Saint-Martin (à noter que, suite à une mise à jour du logiciel SI-DEP, une actualisation du nombre de cas est à souligner pour la semaine 45 : 44 cas contre 42 déclarés initialement). En prenant en compte les données consolidées des semaines précédentes, cela porte à 690 le nombre de cas cumulés de coronavirus confirmés par test PCR.

Saint-Barthélemy : le nombre de nouveaux cas parmi les personnes résidentes est de 22. Cela porte à 127 le nombre de cas cumulés de coronavirus confirmés par tests PCR.

Hospitalisés et décédés

Le CH Louis-Constant Fleming est très mobilisé pour la gestion de la crise. Au 16 novembre, 7 patients confirmés Covid sont hospitalisés dans le service de médecine de l’établissement (avec un pic à 10 hospitalisations le 10 Novembre). Par contre, aucune évacuation sanitaire de patients COVID n’a été réalisée vers la Guadeloupe en semaine 46.

Nombre de tests

À Saint-Martin : 247 tests supplémentaires ont été réalisés en laboratoire et à l’hôpital, avec un nombre total de 7149 tests enregistrés1.

L’activité du drive se poursuit au CH de Saint-Martin permettant de proposer une offre de dépistage PCR qui doit rester le test de référence. Le drive antigénique (accessible sur Friar’s bay) est désormais pleinement opérationnel (pour rappel : ouvert du lundi au vendredi de 9h à 16h et le samedi de 9h à 12h). Ce dernier a réalisé 146 tests sur la semaine 46, pour 0 cas positif décelé (NB : ces chiffres ne sont pas cumulés avec les chiffres précédents en lien avec les PCR, les tests antigéniques faisant l’objet d’un suivi particulier).

À Saint-Barthélemy : 353 tests supplémentaires ont été réalisés au laboratoire, avec un nombre total de 4767 tests enregistrés2.

Circulation du virus

Le niveau de circulation virale augmente sur Saint-Martin. Cette situation est préoccupante à l’aube de la saison touristique. Il faut renforcer la détection précoce des cas positifs, faire le contact tracing, faire respecter l’isolement quand cela est nécessaire pour éviter l’installation de chaines de transmission et le développement de foyers de contamination. La transmission du virus se fait très souvent dans la sphère privée (évènements familiaux) ou la sphère professionnelle (sur votre lieu de travail).

Suivi des indicateurs

L’ARS suit avec vigilance les indicateurs mis en place pour la surveillance du déconfinement :

-Le taux d’incidence qui mesure le nombre de personnes positives à la Covid-19 sur 100 000habitants sur une période d’une semaine. Deux seuils sont fixés, un seuil de vigilance à 10/100 000habitants et un seuil d’alerte à 50/100 000 habitants. Un taux d’incidence élevé traduit ledéveloppement de clusters ou une circulation virale active.

-Le taux de positivité qui mesure le nombre de personnes positives à la Covid-19 / le nombre de tests réalisés sur une semaine. Deux seuils sont fixés, un seuil de vigilance à 5 % et un seuil d’alerte à 10 %.

À Saint-Martin,

 Le taux d’incidence hebdomadaire reste supérieur au seuil d’alerte avec un taux de 95,12/100 000 habitants.

 Le taux de positivité sur la semaine écoulée diminue par rapport à la semaine précédentemais reste bien supérieur au seuil d’alerte : 13,80 % en S45 (vs 17,80 % en S45).

Ainsi ces deux indicateurs confirment une circulation très active sur le territoire. Il faut absolument redoubler de vigilance, d’autant que le taux d’incidence a particulièrement augmenté chez les 10-20 ans et les 20-30 ans (respectivement, passage de 50,19 à 83,66 et 49,81 à 199,23) et que ce sont les 80-90 ans qui enregistrent le taux d’incidence le plus élevé : 336,96/100000 habitants. Ceci est très inquiétant car ces derniers sont les plus fragiles.

À Saint-Barthélemy,

 Le taux d’incidence est en nette augmentation avec un taux de 224,65 cas pour 100 000 habitants (vs 112,33 en semaine 45).

 Le taux de positivité sur la semaine écoulée est de 6,23 % (versus 3,07 % semaine 45).

Quasiment toutes les tranches d’âges voient leur taux d’incidence évoluer fortement entreles semaines 45 et 46, seuls les 70-80 ont connu une baisse de ce taux. Toute la populationest donc appelée à prendre un maximum de précaution et de respecter toujours plus lesgestes barrière.

Cet appel à la vigilance est renforcé par la présente d’un cluster en cours d’investigation sur Saint-Barthélemy, qui est de criticité limitée mais en lien avec un milieu à enjeux puisqu’il a été repéréau niveau de l’école primaire de Gustavia (5 cas positifs identifiés).

1 Tient compte de la mise à jour des données SIDEP en semaine 46

2 Tient compte de la mise à jour des données SIDEP en semaine 46

Conseils à la population

Les personnes fragiles, souvent porteuses de maladies chroniques, doivent se protéger impérativement grâce aux gestes barrières mais aussi en refusant les contacts physiques (embrassades, accolades…). En cas de symptômes, ces personnes sont invitées à contacter leur médecin traitant dès les premiers signaux. Ces personnes sont appelées à fortement privilégier les tests PCR plutôt que les tests antigéniques, réputés moins sensibles.

En cas de suspicion de contamination, avec ou sans symptômes, il est impératif de ne pas de se déplacer au cabinet de son médecin. Il faut le joindre préalablement par téléphone.

La plateforme TAP/RIPOSTE COVID-19 toujours à l’écoute au 05 90 99 14 74, évolue avec une nouvelle cellule, afin de répondre au mieux à la stratégie de l’Etat reposant sur trois piliers Tester Alerter Protéger (TAP).

En lien avec les partenaires de l’assurance maladie (CGSS) et Santé Publique France, elle réalise un travail d’enquête très important pour identifier les cas contacts et pour des demandes d’information sur les modalités des dépistages (difficultés pour les rendez-vous avec les laboratoires, coordonnées des centres de dépistages, planning des dépistages itinérants dans les communes, dépistage pour les vols métropole ou Antilles, mesures de prévention à mettre en place dans les entreprises et les procédures pour faire tester les salariés, les conduites à tenir pour les personnes contacts, demandes de dépistages dans les établissements publics ou privés…). La plateforme continue à traiter un nombre important d’appels et à suivre le respect des mesures d’isolement.

L’épidémie de COVID -19 ne doit pas nous faire oublier la dengue qui est toujours présente : détruisons nos gîtes larvaires !


Numéro d’information : 0 800 130 000

24h/24 – 7j/7

www.gouvernement.fr/info-coronavirus

Commenter avec Facebook
A propos de l’auteur

Communiqués, internautes, divers, "Autre" se charge de signer les articles qui rentrent de cette catégorie variée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.