Temps de lecture estimé : 4 minutes

Le Président de la République s’est adressé une nouvelle fois aux Français, mardi 24 novembre, talonné de près par le Premier ministre Jean Castex pour desserrer un peu l’étreinte du confinement, pour ceux que cela concerne, à l’approche des fêtes de Noël.

France : Déconfinement in progress 

Dans l’Hexagone, l’allègement des contraintes se fera en trois phases allant de l’élargissement du rayon et de la durée des déplacements dès la fin de ce mois jusqu’à la reprise des cours en présentiel en début d’année prochaine, à condition que la situation sanitaire globale évolue positivement.

En ce qui concerne les Outre-mer, comme depuis le début de l’instauration de l’état d’urgence, des plans spécifiques seront prévus selon les territoires, à la discrétion des préfets. Les bonnes nouvelles se faisant trop rares depuis trop longtemps, notons ici que dès le lendemain de l’allocution présidentielle, les compagnies aériennes ont relevé une augmentation sensible des réservations vers les territoires ultramarins dans des proportions qui rassurent forcément les transporteurs aériens, mis à mal par la crise. 

Doit-on dès lors se préparer à voir des flots de touristes se déverser sur nos îles ? Rien de moins sûr puisque cet élan de réservations est surtout affinitaire et concerne principalement des voyageurs qui souhaitent “rentrer au pays” retrouver leurs familles et/ou leurs racines. En outre, le Premier ministre a annoncé jeudi 26 que les voyages entre l’Hexagone et l’Outre-mer seraient désormais soumis à la présentation d’un teste PCR dans les deux sens.

Saint-Martin : l’ARS valide les conditions d’accès au territoire pour les touristes étrangers

Conformément à ce qui avait été annoncé par l’ARS en conférence de presse la semaine dernière, un protocole autorisant le séjour des voyageurs internationaux a été signé ce jeudi en préfecture en présence des hôteliers, du président Gibbs, du directeur territorial de l’ARS, M. Guibert et de Mme la préfète Feucher, mettant fin à de longs mois de doutes, interrogations et flou juridique autour de la saison touristique en partie française. 

Dommage que concomitamment les Etats-Unis, au travers de son agence gouvernementale de santé, recommandent aux Américains d’éviter tout voyage vers la destination Saint-Martin, classée 4 et rouge foncé, niveau maximum, sur l’échelle des risques liés à la COVID. A l’aune de ce classement, les touristes qui voudraient tout de même braver le risque viral et séjourner sur notre île devront, en plus des contraintes posées localement, se soumettre à un test entre 1 et 3 jours avant leur départ et à un autre entre 3 et 5 jours après leur retour aux Etats-Unis assorti d’une quarantaine de 7 jours, voire de 14 jours pour les personnes qui ne se feraient pas dépister. En outre, tout Américain infecté ou en contact avec une personne infectée durant son séjour à l’étranger s’expose au risque de ne pas pouvoir rentrer aux Etats-Unis avant une période obligatoire de 14 jours d’isolement. 

Entre nos diverses mesures restrictives et autres protocoles, et les propres obligations citoyennes des touristes américains, et au delà des établissements hôteliers prisés pour la qualité de leurs services, il faut espérer que l’appel du timeshare ou l’amour de Saint-Martin soient suffisamment forts pour que notre destination retrouve un peu d’appétence auprès de notre cible touristique number 1…    

Sint Maarten : des conditions d’entrée assouplies

Depuis ce mercredi 25 novembre, les conditions d’entrée à Sint Maarten ont également été assouplies et consistent notamment en la présentation de : 

  • une autorisation sanitaire obligatoire (EHAS) disponible sur www.stmaartenentry.com, pour chaque visiteur, qu’il arrive par avion, par bateau ou en transit, résidents de Sint Maarten et Saint-Martin inclus.
  • une dispense de test RT-PCR pour les voyageurs résidents ou en provenance de pays à faible risque, ainsi que pour les enfants de moins de 10 ans
  • pour les autres, un test RT-PCR négatif effectué dans les 120 heures (5 jours) ou un test antigénique agréé effectué dans les 48 heures avant le départ pour Sint Maarten
  • la mise en quarantaine des membres d’équipage qui ne sont pas en possession d’un test RT-PCR négatif valide jusqu’à leur vol de départ.

La gratuité restant une exception, bien française, les voyageurs qui ne sont pas en possession du test requis, ou qui ont un test invalide / périmé, seront soumis à un test à l’arrivée au coût de $125, et seront mis en quarantaine jusqu’à ce que les résultats soient fournis.

Ainsi, en dépit d’un sentiment latent de laxisme, souvent pointé du doigt, à l’égard de Sint Maarten, les procédures et les moyens du monitoring de la COVID-19 existent bel et bien et se sont même offert un site internet dédié et fonctionnel qui, en plus de servir la cause sanitaire, pourra constituer une intéressante base de données statistiques…

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.