Temps de lecture estimé : 4 minutes

Nous l’attendions… il est là !

Après un passage imposé en Collectivité pour le traditionnel dépôt de gerbe marquant sa prise de fonction, le Préfet délégué Serge Gouteyron tenait mercredi soir conférence de presse, conjointe avec la Collectivité, sur l’épineux sujet “requin”. En guise de préambule, le préfet indiquait qu’il n’évoquerait aucun autre sujet, par humilité et respect pour les élus locaux et la population, souhaitant se donner le temps de la prise de connaissance avant, mi janvier, de convoquer à nouveau la presse pour dévoiler un peu plus avant sa feuille de route, “sans tabou et en connaissance de cause”.

“Tout de suite dans le bain”

C’est avec ces mots que d’aucuns pourront trouver hasardeux, eu égard à l’objet de la conférence de presse, que le Président Gibbs a lui accueilli Serge Gouteyron mercredi soir.

Parce que nous ne manquons pas non plus de savoir vivre, nous nous donnerons aussi le temps de découvrir notre nouvel interlocuteur, nous contentant de quelques lapalissades puisque cette feuille de route sera forcément pleine du PPRn, du Plan de relance, de la construction de la “Cité Interministérielle de Saint-Martin” (38.8M€), d’une ambiance judiciarisée autour de certains de nos élus, et… des élections de 2022 où nous saurons, comme à l’accoutumée, lui proposer un moment hors norme, haut en couleurs et en drapeaux multicolores.

Changement d’ambiance

Il est dans l’ADN de la Préfectorale de vivre comme des gens de passage pendant que l’élu local lui tente d’inscrire dans son patrimoine génétique une certaine capacité à se poser dans le temps. Dans ce duo, cette gouvernance en tandem si particulière à Saint-Martin par son aspect direct, il n’aura échappé à personne que la relation entre le Président Gibbs et la Préfète déléguée Sylvie Feucher s’est souvent imposée plus que les dossiers nécessaires au territoire, un conflit entretenu pouvant parfois servir la cause politique à la marge du respect de la fonction.

Pour autant, parce qu’il faut savoir terminer un mandat dans une ambiance apaisée au bénéfice du second espéré, c’est un Président Gibbs souriant, érigé en poisson pilote et ne levant pas les yeux au ciel qu’il nous a été donné de croiser lors de cette conférence de presse… pourvu que cela dure, au bénéfice du territoire naturellement.

Un requin déviant sortant de l’adolescence…

Les morsures mortelles infligées par un requin tigre d’environ 2.5m à Pauline Richard, 38 ans, le 10 décembre dernier ont imposé à la Collectivité la prise d’un arrêté interdisant baignade et activités nautiques, seule décision adaptée selon les scientifiques et qui permet à la fois de ne pas offrir au squale la possibilité de réitérer son acte et de se donner le temps de l’analyse de la situation.

Ces interdictions devraient être levées avant le 22 décembre 2020.

D’abord et sans nier l’aspect profondément dramatique de la perte d’une vie, de la douleur de la famille et des proches, cet évènement est rarissime : 5 accidents par an à l’échelle mondiale, 5 accidents mortels durant ces 10 dernières années à l’échelle de la Caraïbe alors que des millions de touristes et de résidents profitent de la mer et des activités nautiques.

Rassurer et éviter la psychose… c’est le mot d’ordre des autorités qui en la matière vont donc s’atteler à sensibiliser les usagers de la mer qui ne le seraient pas suffisamment car de mémoire d’homme, les prédateurs croisent en nos eaux puisqu’elles sont leur habitat naturel.

Bouées et autres plateformes flottantes vont être interdites ainsi que les pontons mobiles en ce qu’ils forment des corps morts susceptibles d’attirer certains poissons et favoriseraient en cela le développement de chaînes alimentaires à proximité du rivage. La plage de la Baie Orientale pourrait être surveillée pour participer à calmer les esprits.

Gestion de l’ouverture des Ponds en période de forte pluie et rappel d’interdiction de rejet de matières organiques à la mer sont aussi d’actualité…

Bref, quelques règles de bon sens feront l’objet d’un effort de communication, de la dangerosité potentielle des baignades nocturnes ou crépusculaires aux zones de baignades à éviter, résidents et touristes bénéficieront d’outils pour accroître leur acculturation au sujet “sharks”. Le nourrissage, la pêche appâtée, la pêche nocturne avec source lumineuse seront interdites comme la pêche individuelle au requin. 

Effectivement, suite à pareil événement, il n’est pas rare de voir pêcheurs en herbe ou expérimentés écumer les eaux pour chasser le responsable…

Rappelons ici que bon nombre des espèces de requins en nos eaux sont protégées voire en voie de disparition, céder à un sentiment vengeur appauvrirait notre biodiversité, large part de notre identité territoriale.

Pour autant, ce requin tigre déviant doit être chassé et tué…selon le Préfet Délégué Serge Gouteyron et il le sera.

Des prélèvements effectués sur la victime vont permettre de disposer du génotype de l’animal et une campagne de biopsie non létale devrait être déployée de façon à retrouver le coupable et à le soustraire à une chaîne alimentaire dont il s’est écarté.

Une décision discutable écologiquement parlant mais une discussion qui n’aura pas lieu, les sociétés humaines ont besoin pour se rassurer de faire la peau du coupable et d’en exposer la carcasse depuis la nuit des temps. Ce sera néanmoins l’occasion pour les scientifiques et la Réserve Naturelle de Saint-Martin de bénéficier du soutien des pouvoirs publics pour mieux suivre et connaître les populations de squales qui croisent en nos eaux.

Serge Gouteyron, Préfet délégué de Saint- Barthélemy et de Saint-Martin : “C’est bien d’avoir des experts, c’est mieux d’avoir du courage”

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.