Temps de lecture estimé : 5 minutes

La perle de lambi Frigeri est un pur produit local qui pourrait bien faire parler d’elle très prochainement tant ce joyau respire l’authenticité et l’amour du travail bien fait .

Tout le monde s’est un jour laissé éblouir par une perle de culture nacrée et brillante, et depuis de nombreuses années les perles noires de Tahiti font le bonheur des amateurs de bijoux prestigieux, mais il existe une autre perle beaucoup moins connue très prisée dans le milieu de la haute joaillerie, issue elle aussi d’un coquillage : le lambi (strombus gigas); et tout semble indiquer que celle-ci sera de moins en moins rare. 

Une aventure qui prend forme 

Laurence et Sébastien sont les premiers à se lancer dans la culture commerciale de la perle de conque. En effet, après avoir exercé plusieurs métiers aux quatre coins du monde, ce couple de niçois découvrent ce joyau sur les côtes du Honduras alors que la perliculture en est à ses balbutiements malgré le dépôt d’un brevet américain resté sans suite, et surtout sans commercialisation. 

Il leur faut apprendre les techniques de base pour se jeter à corps perdu dans l’aventure. Après plusieurs années, les résultats deviennent concluants et c’est alors que tout s’enchaine : le Laboratoire Français de Gemmologie certifie l’appellation “perle de culture” de leur produit qui est officiellement reconnu lors de la conférence des perles porcelanées en 2015 à Paris. Très vite, leur nom est sur toutes les lèvres des connaisseurs et ce petit trésor caribéen se retrouve sous le feu des projecteurs des milieux spécialisés.  

Saint-Martin, terre d’élevage 

Boostés par tant d’encouragements, Laurence et Sébastien se fixent finalement sur l’île de Saint-Martin où le lambi est un produit on ne peut plus local. Ils décident de monter un dossier grâce à une aide substantielle de “Initiative Saint-Martin Active” (plateforme de financement pour les initiatives locales), afin de passer à la vitesse supérieure. Puis leur rêve devient réalité et les premières structures de bases prennent forme sur un terrain des Terres-Basses où le couple a élu domicile transformant au passage, leur petite maison en véritable atelier. 

Ce coquillage étant une espèce protégée, ils pourraient faire d’une pierre deux coups en lui permettant de se reproduire sereinement avant de voir sa progéniture réintroduite dans son milieu naturel grâce à leur ferme piscicole. Un contact facile avec les pêcheurs locaux leur a permis de s’approvisionner légalement en lambis de bonne qualité. 

Le projet se concrétise 

Jour après jour, semaine après semaine, Laurence et Sébastien améliorent leurs connaissances, tirent des leçons de leurs expériences et deviennent de vrais spécialistes dans ce métier qui occupe désormais tout leur temps. Il faut dire que la culture des perles rencontre ici des conditions optimales grâce à une eau de qualité, un climat idéal et des lambis à la capacité d’adaptation surprenante. Panneaux solaires, recyclage et traitement de l’eau des bassins font partie du processus d’élevage soumis à une réglementation très stricte. Rien n’est laissé au hasard et lorsque le ciel est clair, il n’est pas rare de voir Laurence et Sébastien faire les yeux doux à la lune tant son influence est grande sur la de vie des gastéropodes. 

Un savoir-faire unique 

Sans entrer dans les détails techniques, une perle se forme après avoir introduit un greffon à l’intérieur du coquillage qui réagit en enrobant ce dernier d’une couche plus ou moins épaisse d’aragonite, c’est ce qui va donner la fameuse perle. Le greffon employé dans le cas du lambi est un fragment de tissu organique naturel. Laurence et Sébastien n’ajoutent pas de noyau artificiel, et contrairement à la culture d’huîtres perlières, leurs perles sont donc de composition 100% naturelle. Les éleveurs s’assurent aussi du bien-être du gastéropode tout au long du développement de la perle, ainsi qu’après sa collecte, car chaque lambin est susceptible de reproduire plusieurs perles tout au long de sa vie. 

Chaque perle est unique car selon le coquillage, elle peut être blanche, jaune ou revêtir une teinte rosée du plus bel effet. Par le contrôle quotidien des paramètres en bassin couplé à un régime alimentaire précis, l’éleveur crée une harmonie avec son cheptel permettant la sortie de perles de qualité. Leur taille varie également en fonction de leur temps d’évolution en bassin. Au-delà des perles, Laurence et Sébastien ont laissé courir leur imagination et travaillent aussi la coquille du lambi pour en faire de magnifiques bijoux aux formes diverses et aux couleurs scintillantes vendus sous leur propre marque Frigeri. 

Frigeri, une éthique, un avenir 

Chaque pièce est accompagnée d’un certificat d’authenticité précisant que le produit a été obtenu en tenant compte du respect environnemental. En conclusion la perle de lambi de culture Frigeri est un produit exclusif, innovant, avec un fort potentiel et des perspectives d’avenir indéniables. 

Toutes les infos sur  Facebook : FRIGERI-Elevage de conques perlières, créations 

Internet : www.frigeri.fr 

contact : frigericreation@gmail.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.