Temps de lecture estimé : 2 minutes

Je veux bien témoigner mais je veux pouvoir continuer à vivre à Saint-Martin sans trop de problèmes et Mario Di Palma a des moyens, le bras long et je n’ai pas envie de me retrouver avec les genoux en miettes.

Ce que je peux dire par contre c’est que Mario Di Palma n’avait pas l’intention de payer nos salaires quand il a planté la boîte. Mais nous nous sommes organisés et avons déjà obtenu grâce au liquidateur le traitement favorable de 40 dossiers. Il en reste 40 qui sont bloqués en Guadeloupe et je ne te parle même pas des étrangers qui n’y comprenaient rien aux documents français. 

Ce sont des familles, des enfants qui vont passer les pires fêtes de leur vie parce qu’ils ont cru aux discours de ce beau parleur qui a effectivement su au début de son aventure arroser largement ses cadres pour les endormir. Ce que je peux dire, c’est que lui va bien et que le sort de ses ex-salariés ou des copropriétaires, cela ne l’empêche pas de dormir.

Il y a quelque chose d’écœurant à le voir ouvrir ses établissements à Simpson Bay alors que côté français on va mettre des années à se remettre et trouver des solutions. 

J’espère que tout cela va éclater au grand jour et que la justice française va se rappeler que Saint-Martin a aussi besoin de moyens surtout après une catastrophe comme Irma.

Commenter avec Facebook
A propos de l’auteur

Communiqués, internautes, divers, "Autre" se charge de signer les articles qui rentrent de cette catégorie variée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.