Temps de lecture estimé : 5 minutes

Mené parfois dans la douleur tout au long de l’année dernière par la main de fer de la DGS, Mme Ayache, le travail de refonte de l’Administration territoriale est en passe d’aboutir. Un nouveau projet d’organigramme a, en ce sens, été présenté aux instances territoriales le 18 décembre dernier et devrait être mis en œuvre courant janvier après avoir subi quelques amendements.

Un organigramme étoffé, au service des élus ?

Répondant à un triple objectif défini par la DGS (sécuriser le fonctionnement, accélérer la conception et la mise en oeuvre des programmes des élus et garantir la qualité du service public aux usagers), le nouvel organigramme de la Collectivité se décompose en :

  • une direction générale des services
  • 6 délégations (qui remplacent les pôles) au lieu de 5 auparavant
  • 31 directions et 8 Missions contre 29 directions dans la version 2019

Grande nouveauté mais non la moindre, la Délégation aux Ressources regroupera ainsi les directions de la Commande publique, des Finances, de la Fiscalité, des Systèmes d’information et les Archives territoriales. Maillon central de la chaîne administrative que Christiane Ayache souhaite sécurisée et plus productive, cette délégation a été confiée depuis le 1er décembre à Jean-Sébastien Gotin, ex Directeur Général Adjoint en charge des Affaires juridiques, financières et de proximité de la ville de Baie-Mahault en Guadeloupe.

A l’aune des affaires judiciaires qui secouent la gouvernance et des différents rapports pointant les nombreux dysfonctionnements au sein de la Collectivité, la sécurisation des actes est indispensable et celle des élus également. Si l’on ajoute à cela le fait que malgré Irma, la crise PPRn, la crise sanitaire et les nombreux autres écueils qui pourront être invoqués par les sortants, le calendrier électoral impose à la Team Gibbs de pouvoir présenter un bilan à la fin de cette année, la tâche de cette délégation en particulier s’annonce titanesque.

De là à conclure que la nouvelle organisation territoriale projetée sur le papier viendrait à bout du leitmotiv fonctionnaire selon lequel “les élus passent, les agents restent” et insufflerait ainsi une belle énergie toute dévolue à la gouvernance, il y a un fossé que nous ne franchirons pas…

Une DGS renforcée. Une présidence affaiblie ?

Christiane Ayache, DGS de la COM, en mode « Ce n’est pas moi, ce sont mes agents »…

Quoiqu’il en soit, fer de lance de la lutte contre “l’incurie administrative”, selon ses propres mots, la DGS, évidemment à la tête des 6 délégations sus-citées, élargit encore son portefeuille en récupérant en direct :

  • les Fonds européens et les politiques contractuelles auparavant rattachées au Cabinet,
  • l’Évaluation des politiques publiques et le Contrôle de gestion auparavant rattaché à la Délégation à l’Administration Générale
  • la Tranquillité publique et la prévention des risques majeurs, nouvelle direction comprenant : la Police Territoriale rattachée auparavant à la présidence et la Prévention des risques majeurs auparavant à la Délégation Cadre de Vie.

Rien d’inique en soi à ce que la DGS chapeaute tous les services censés délivrer le service public, c’est l’essence même du poste. Nous avons même vu ici des DGS exercer concomitamment les fonctions de Dir’ Cab (et vice-versa) sans que personne ne s’en offusque…

Pour autant, en ce qui concerne Mme Ayache, d’aucuns s’interrogent en interne quant à cette prépondérance de la sous-préfète DGS dont l’employeur précédent (Maire LR d’Argenteuil) avait dit à son départ que “le Président de la République l’envoie remettre de l’ordre sur l’île de Saint-Martin.” 

L’intention est forcément noble mais elle passe par une forme d’isolement du président Gibbs de ses services (et donc de ses agents, par ailleurs électeurs), son périmètre se retrouvant circonscrit dans ce nouvel organigramme au Cabinet et à la Communication, à moins que le président n’ait lui-même préférer se délester de la charge des affaires courantes pour développer sa présence sur le terrain, au profit que la campagne qu’il devra mener en 2022 et qui s’annonce compliquée. 

En attendant, “Out” du portefeuille présidentiel la Coopération et les Affaires européennes, la Démocratie locale, la Maison de Saint-Martin et la Police territoriale. Circulez M. le président, la DGS veille !

Lorsqu’en plus, à l’occasion des vœux présidentiels au personnel de la COM, Christiane Ayache est le seul agent nommément remercié, les susceptibilités internes sont mises à rude épreuve…

Pendant ce temps…

La délégation Développement économique placée sous la houlette administrative de François Xavier Binvel, ancien Collaborateur parlementaire et Directeur Adjoint de Cabinet de Daniel Gibbs, se vide de sa substance. 

Ainsi, outre la transformation de la controversée Agence du Développement économique, pourtant promesse électorale phare de la Team Gibbs, en Direction de l’Accompagnement et Promotion économique, depuis ce 1er janvier, sept agents de la délégation ont été réaffectés sur d’autres postes, parmi lesquels : 

  • Maggy Gumbs anciennement City Manager devient Chargée de mission suivi du CEFOP/CPTDFOP
  • Myriam Merlot jusque là en charge de Appui aux Entreprises et Attractivité du Territoire devient Chef de service des Titres,
  • Jean-Pierre Razin, ancien Directeur du Numérique et de l’Audiovisuel prend la direction du Secrétariat Général

Et trois autres départs (minimum !) devraient suivre à très court terme. Si la carrière de tout fonctionnaire est intrinsèquement faite de mutations et autres réaffections, ces départs traduiraient plutôt, selon nos sources, des tensions liées aux personnes et une ambiance de travail irascible au sein de la Délégation.

Courants dans tout environnement professionnel, ces problèmes internes ne mériteraient sans doute pas d’espace en ces colonnes s’ils ne mettaient pas à mal d’une part les efforts de structuration de l’administration publique et ne renforçaient pas d’autre part le sentiment de défiance quant au président Gibbs et ses choix de recrutement dans la dernière ligne droite de sa mandature…

Daniel Gibbs, vœux aux personnels de la Collectivité
“L’important dans un parcours n’est pas la chute, qui elle, est souvent inévitable, mais notre capacité à nous relever et à repartir.”

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.