Temps de lecture estimé : 5 minutes

C’est dans un établissement à l’effigie orange et verte que le MJP, qui ne manque pas d’humour, avait convié la presse mercredi 20 janvier afin de présenter ses vœux à la population et aux forces vives du territoire.

Le MJP affiche ses soutiens en prévision des élections territoriales de 2022 : outre Louis Mussington, le leader, Bernadette Davis, Frantz Gumbs, on retrouve aussi Arnel Daniel (ex-élu), Lenny Mussington, Madame Tage, Madame Rousseau, Monsieur Phanord… and more !

Ce que le MJP vous souhaite

Entouré notamment de la conseillère territoriale Bernadette Davis, de l’ancien président de la Collectivité Frantz Gumbs et de “quelques amis”, le leader du MJP, Louis Mussington a ainsi, en premier lieu, voulu adresser ses voeux de “santé, réussite professionnelle et de meilleure entente entre les composantes de la société” à l’ensemble de la population.

“Il faut que l’on apprenne à vivre ensemble et à partager ce qu’il y a sur cette belle île.”

Outre ses vœux, le MJP tenait également à remercier un large panel d’acteurs :
les professionnels de santé, ceux du monde de l’éducation, les associations environnementales, celles qui œuvrent dans les domaines sportif et culturel.

Enfin, une “pensée toute particulière” était adressée à ceux qui nous ont récemment quittés et à leurs familles endeuillées.

Ce que le MJP constate

Une fois ces formalités d’usage accomplies, et puisque le président Gibbs a déclaré la campagne électorale ouverte la semaine dernière, le conseiller d’opposition a saisi l’occasion de ces voeux pour dresser un constat accablant et incriminant de la situation locale : chômage exponentiel, désespérance sociale, “un certain ras-le-bol d’une frange de la population”,  image de Saint-Martin “complètement ternie par les affaires en cours”, “départ inquiétant des jeunes saint-martinois” vers des horizons plus prometteurs,…

Selon Louis Mussington, cette situation tient en grande partie à “l’équipe en place qui a été celle de la démolition” et à laquelle il adresse de nombreuses questions : “Quel choix de développement économique ? Quelles mesures ont été prises pour valoriser les entreprises locales ? Quelles sont les stratégies pour rattraper le retard des équipements structurels ? Comment gère-t-on les deniers publics à la COM ?” 

Mais aussi : “Qu’en est-il de l’affaire de la famille Di Palma dont on sait qu’elle a été proche du président Gibbs et dont on n’entend plus parler alors que la majorité a fait adopter une délibération accordant une garantie à la SEMSAMAR sur un projet Deldevert aujourd’hui à l’abandon ?” Sur le sujet, Louis Mussington a d’ailleurs lancé un appel solennel aux autorités judiciaires afin qu’elles se saisissent de l’affaire Di Palma dont “l’audace et le sentiment d’impunité” sont, selon lui, un pied de nez inacceptable à la loi.

Ce que le MJP voudrait

En attendant, et face à ces constats, le MJP a des ambitions et un plan érigé sur trois piliers  : l’équité sociale, le développement économique et l’environnement. Tout un programme ou presqu’un programme… qui passerait notamment par la mise en oeuvre d’une politique de logement social, le développement de l’économie sociale et solidaire, des mesures de protection du littoral, la formation des enseignants, la formation de cadres, le développement de l’élevage, et bien d’autres choses encore… et tout cela dans le cadre d’un dialogue renoué et renouvelé avec l’Etat car “la COM n’est pas suffisamment autonome financièrement pour mettre en place seule une véritable politique d’investissement”.

Pour résumer, il s’agit pour le MJP de mettre un terme au “manque de réalisme et de réalisations” de l’équipe en place et c’est ainsi que la cérémonie de vœux du MJP s’est transformée en meeting de campagne devant un public tout acquis à sa cause, puisqu’une part devrait figurer sur la liste qui sera proposée aux électeurs en 2022. 

“Le président se contente d’écrans de fumées, mais les projets tardent à se concrétiser. Sont-ils en capacité financière de réaliser ce qu’ils annoncent ? Il faut arrêter de faire du patchworking.”

A plus d’un an de l’échéance, cette liste n’est évidemment pas complète et quiconque s’est essayé à l’exercice sait à quel point il est compliqué d’aligner 25 noms dans la parité. C’est donc sous la forme d’un appel à candidature à peine dissimulé que Louis Mussington a clos le moment : “Nous sommes une équipe assez ouverte, disposée à travailler avec toutes les bonnes volontés, les jeunes, des gens travailleurs, honnêtes, disposant de compétences et prêts à oeuvrer dans le sens de l’intérêt général”. A bon entendeur…

2022, c’est parti !

Janvier 2021, le décompte officiel du nombre de candidats aux prochaines élections territoriales est donc de 2 : le MJP en cours de diversification d’une base dont l’enracinement territorial apparaît évident et Daniel Gibbs qui semble particulièrement déconnecté du terrain et dont quelques colistiers actuellement élus ont d’ores et déjà annoncé qu’ils ne rempileraient pas sur une liste Team Gibbs.

Mais ce décompte est appelé à s’élargir rapidement puisqu’il se murmurait cette semaine qu’une annonce imminente se préparait du côté de Quartier d’Orléans, notamment… Cette alternative attendue par un grand nombre d’électeurs ? Wait and see… 

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.