Temps de lecture estimé : 4 minutes

Mercredi 20, les services de l’éducation de Saint-Martin et Saint-Barthélemy invitait la presse à prendre de la hauteur au sommet du West Indies Mall, où se trouvent désormais leurs bureaux, pour la présentation d’une Déclinaison territoriale adaptée du Projet Académique 2020-2023 : D’PASS.

Avez-vous un plan ? Non, nous en avons 7 !

Les mécaniques, acronymes et même la structure de l’Education nationale, comme ceux de nombreuses administrations françaises, sont complexes, voire orchidoclastes, pour les non-initiés.

Mais lorsque déclinés sur un support bien chiadé et présentés par une part de leurs concepteurs, les enjeux et ambitions propres aux communautés éducatives prennent une autre dimension.

Et il en va ainsi de la déclinaison du projet d’académie adapté aux contextes territoriaux, aux diagnostics scolaires et aux spécificités géographiques, culturelles et linguistiques de Saint Barthélemy et Saint-Martin.

Impossible pour nous de vous détailler ici les 7 plans stratégiques qui seront mis “entre les mains des différentes équipes pour leur permettre de mettre en oeuvre un projet d’école ou d’établissement solide, structuré et cohérent au service des élèves” :  

  • 1 renforcer la maîtrise des fondamentaux  
  • 2 mieux valoriser le multilinguisme  
  • 3 développer l’éducation artistique et culturelle  
  • 4 développer les usages du numérique 
  • 5 prévenir et lutter contre l’absentéisme  
  • 6 favoriser l’accès à la formation continue  
  • 7 renforcer les liens école-famille 

Par contre, nous vous invitons vivement à une lecture en conscience de ce document riche d’enseignements et porteur d’espoirs, disponible sur le site des services de l’Éducation des îles du Nord et sur le nôtre.

Des données dans tous les Sanz

Au-delà du projet en lui-même, si l’exercice des conférences de presse est fastidieux et chronophage tant pour les organisateurs que pour les invités, il permet souvent, et encore plus sur les territoires aussi exigus et interconnectés que le nôtre, d’aller un peu plus en profondeur et plus loin que le strict cadre du sujet. En cela, les échanges de mercredi furent aussi riches d’enseignements.

Posant volontiers l’Éducation nationale comme une fenêtre ouverte sur notre société et ses perspectives d’évolution, nous avons ainsi retenu, pêle-mêle et de manière non exhaustive :

  • la mise en place d’une brigade de formation de 12 enseignants depuis ce mois de janvier
  • la création prochaine de 2 nouveaux BTS au lycée polyvalent
  • la montée en puissance de l’espagnol dans les écoles de Saint-Martin
  • les prémices d’une certaine revendication du créole (guadeloupéen) : de l’intérêt de la mise en œuvre de l’article 74…
  • un taux de participation aux élections des représentants des parents d’élèves de 32% : à peine moins que la participation aux dernières présidentielles (35%)
  • le fait que si tous les établissements scolaires de Saint-Martin sont connectés, toutes les classes ne le sont pas encore
  • plus d’un quart des personnels enseignants débute sur nos îles (en fonction depuis moins de 3 ans) et près de 50% ont moins de 5 ans d’exercice : ceci explique peut-être cela…

Vers l’Académie de Saint Barth et Saint-Martin ?

Quoiqu’il en soit, au sens de l’Education nationale, un projet académique est la feuille de route qui permet de décliner et de mettre en œuvre la politique éducative nationale sur le territoire de l’académie. L’académie de Guadeloupe, dont dépendent encore Saint Martin et Saint Barth, dispose ainsi de son propre projet au même titre que les 30 autres académies de France.

Localement, nous nous plaignons régulièrement de ce que les dispositifs conçus ailleurs ne soient pas adaptés à nos réalités et spécificités. D’PASS, en “enrichissant le projet d’académie par des leviers qui correspondent à des problématiques spécifiques” se pose en exception et pourrait bien faire des émules, en particulier au sein des services de l’Education nationale puisqu’il n’est plus à démontrer que l’ingénierie nécessaire à de telles différenciations y est disponible. Et lorsque l’on se souvient que la création d’un vice-rectorat est une revendication persistante des autorités locales, ayant abouti à l’obtention d’un poste de vice-recteur dans les collectivités de Saint Barth et Saint-Martin en novembre 2019, il n’est pas interdit de rêver…

En attendant, le vice-recteur, Michel Sanz, aborde cette nouvelle année avec “ambition et pragmatisme, espoir et objectivité” et compte bien sur D’PASS pour donner plus de poids aux actions éducatives sur notre territoire auquel il nous confie être particulièrement attaché et pour lequel il dit viser l’excellence.

Le chemin est encore long, mais au regard de ce qu’il nous a été donné de constater et la qualité des contributeurs D’PASS 2020-2023, le vice-recteur semble bien accompagné…

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.