Temps de lecture estimé : 5 minutes

Jeudi 21, Louis Jeffry était convoqué pour la quatrième fois devant le tribunal correctionnel en sa qualité de président de l’Observatoire de santé, association créée en 2010 en partenariat avec la Collectivité et l’hôpital Louis Constant FLEMING, aujourd’hui en sommeil.

Des reports comme s’il en pleuvait

Dans cette affaire dans laquelle la Collectivité et l’hôpital se sont portés parties civiles, le Dr Jeffry était initialement poursuivi pour prise illégale d’intérêts, abus de confiance, non désignation de commissaire aux comptes, au terme d’une lourde enquête menée en 2018 autour des flux financiers entre l’hôpital et une société de droit néerlandais qu’il co-gère.

Les faits auraient dû être examinés et jugés une première fois en mai 2019 mais en l’absence des avocats des parties, un renvoi a été ordonné au mois d’octobre de la même année, puis au mois de mars 2020. Confinement oblige, c’est finalement jeudi dernier que l’on pensait voir écrit l’épilogue de cette affaire. Malheureusement, le tribunal, ayant manqué de temps pour se pencher sur le dossier fourni par la défense du Dr Jeffry, a statué sur un nouveau report au 23 septembre cette fois. 

Il faut dire ici que si d’un côté, les avocats de la défense ont remis leurs éléments la veille de la convocation, de l’autre côté, le tribunal de Saint-Martin vient tout récemment de se renforcer et les nouveaux arrivés ne sont peut-être pas complètement au fait de tous les tenants et aboutissants des affaires qui leur sont présentées.

Que sonne l’heure du jugement !

Mais ces délais commencent à courir sur le haricot du Dr Jeffry que nous avons rencontré pour avoir son sentiment. Comme tout présumé innocent qui se respecte, Louis Jeffry affirme n’avoir rien à se reprocher et confiant tant en la justice de son pays qu’en les éléments constitutifs du dossier, il aimerait être jugé sous les meilleurs délais et clore ce chapitre dont les incidences commencent à peser lourdement sur sa famille et ses proches.

Louis Jeffry : “Septembre… C’est encore long ! Déjà plus de deux ans que cela dure… J’aimerais qu’en septembre, on prenne le temps de juger mon affaire. J’espère qu’elle ne sera pas expédiée entre deux autres dossiers.”

Le Dr Jeffry fait ici allusion au fait qu’il avait déjà été convoqué, au mois de mars, à une date similaire à celle de Daniel Gibbs avec qui il partage déjà la même date anniversaire. Et cela semble déjà trop…

Qu’il se rassure, la justice a décidé, jeudi 28 janvier, de renvoyer l’affaire Gibbs (entre autres) au 28 octobre.

Des projets, il n’en manque pas

Si l’homme est pressé, c’est que c’est un hyperactif, il fourmille d’idées et d’envies. “Moi, ce que j’aime, c’est monter des projets, trouver des solutions” explique-t-il tout en concédant : “je ne suis pas un gestionnaire.” Ainsi, outre ses fonctions à l’hôpital, Dr Jeffry continue à essaimer les institutions, locales, régionales, nationales et à proposer des solutions innovantes et/ou adaptées à son territoire où il est ancré. “Si je n’étais animé que par faire de l’argent, cela fait longtemps que j’aurais quitté Saint-Martin, je me serais installé ailleurs, mais je n’ai aucune intention de partir…”

Au contraire, Louis Jeffry tire les leçons de ses expériences passées et, concernant l’Observatoire, pense que “ça révèle qu’à chaque fois que l’on veut faire quelque chose d’innovant, ça provoque des réactions auxquelles il vaut mieux être préparé”. Selon lui, l’Observatoire aurait été “victime de son succès”, succès devant s’entendre ici en termes d’efficience, de résultats. “Avec les travaux que nous avons menés, nous détenons une base de données capable de restituer toutes les statistiques possibles et imaginables dans le domaine de la santé et de dresser un portrait de la société saint-martinoise qui mettrait à mal les idées reçues. Par exemple, les clivages communautaristes tels qu’on les entendait avant, c’est terminé ! L’évolution intergénérationnelle a fait son travail.”

Et pourquoi pas 2022 ?

Évidemment interrogé par nos soins, au regard de son passé en la matière, sur son positionnement politique, Louis Jeffry est clair à dire qu’il ne s’interdit rien. Même s’il est déjà très occupé sur le plan professionnel, il rêve d’une gouvernance en mode projet. Il déplore aussi que l’action politique locale ne se soit pas inscrite dans un dialogue partenarial avec l’Etat et lorsqu’il constate “la sclérose du climat électoral”, le leader de Génération Solidaire se dit “titillé”.

Louis Jeffry : “2022 ?… Il ne faudrait pas que l’on me pousse beaucoup… !!!”

Et à ce titre, il nous confie qu’ils sont quelques-uns qui n’ont jamais cessé de se réunir et de réfléchir à la gestion de la cité dont il regrette avoir mis à mal la stabilité en participant à la chasse ouverte contre Louis-Constant Fleming aux côtés de Daniel Gibbs avec qui décidément, son destin semble lié…

Que la justice passe donc, le temps presse !  

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.