Temps de lecture estimé : 5 minutes

L’actualité semble de nouveau assaillie par les faits divers dont certains auraient ailleurs une place de choix aux journaux de 20 heures… un triple homicide à Grand-Case, un gendarme renversé dans l’exercice de ses fonctions, des opérations de car-jackings à répétition et des superettes braquées en cascade.

Cédrick André, très très inquiet pour son quartier…

Premier défenseur de son quartier et de sa population, Cédrick André ne sait plus quel canal utiliser pour que la sonnette d’alarme qu’il s’évertue à actionner soit entendue. Selon lui, la paupérisation de certains quartiers, la perte de revenus et la précarisation induite par la crise sanitaire et ses impacts économiques sont naturellement partiellement responsables de certains de ces agissements. Le représentant du Conseil de Quartier tourne naturellement le regard vers la Collectivité et voit en cette situation la traduction d’un certain désintérêt de la Collectivité pour le quartier. Cédrick André nous lâche : “Il se passe trop de choses aujourd’hui, trop de choses qui empêchent la population de vivre tranquillement, trop de choses qui montrent que Sandy Ground n’est pas un quartier dont la Collectivité s’occupe et cela fait longtemps que ça dure. (…) Ici, il y a de plus en plus de gens pauvres, il y a des gens qui ne parviennent pas à manger, il y a des anciens qui sont seuls et vivent dans des conditions horribles et encore plus depuis Irma. (…) Tout s’aggrave, les conditions de vie des gens se dégradent d’aussi loin que je me souvienne, les infrastructures publiques sont en mauvais état ou inexistantes. On fait porter beaucoup de la responsabilité de cette ambiance aux jeunes, mais rien n’est réellement fait pour eux, les entreprises ne veulent pas d’eux, alors la délinquance augmente et la haine monte entre les gangs qui prennent de plus en plus de place. (…) Il y a des associations qui font du bon boulot mais qui ne sont pas toujours correctement accompagnées. Aujourd’hui avec la crise, il y a encore plus de parents qui baissent les bras parce qu’ils n’arrivent même pas à s’occuper d’eux-mêmes. (…) La répression ici elle ne sert à rien, ce qu’il faut c’est du dialogue et des solutions qui correspondent à la façon de vivre des gens et à leurs besoins. (…) Je condamne les violences, les vols, les agressions, mais il faut trouver des solutions sans se taper dessus.”

Empilement de dispositifs mais impacts trop modérés…

Malgré le classement de Sandy Ground en Quartier Prioritaire de la Ville, malgré les assises du social de février 2020, malgré le “Plan Pauvreté de 2020”, malgré la stratégie “pauvreté du gouvernement… la paupérisation s’accélère et ses conséquences font aujourd’hui de plus en plus peur aux résidents.

Oui, la préfecture a bien lancé un appel à projets au troisième trimestre 2020 sans que l’on sache réellement quelles en sont les conséquences sachant que les candidatures sont closes depuis la fin septembre 2020 : “Prévention et lutte contre les situations de pauvreté : l’appel à projets 2020 est lancé – En complément des actions quotidiennes menées par l’État et ses opérateurs et des mesures nationales issues de la crise sanitaire de Covid-19, cet appel à projets de la préfecture de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin vise à soutenir financièrement des initiatives de prévention et de lutte contre la pauvreté à Saint-Martin. (…) L’évolution du contexte social résultant de la crise sanitaire de Covid-19 conduit à prioriser les actions visant à accompagner la réponse aux besoins immédiats induits par la crise sanitaire et correspondant aux thématiques suivantes :

  • Assurer l’accès de tous à l’alimentation.
  • Garantir au quotidien les droits fondamentaux des enfants par une alimentation équilibrée pour tous.
  • Garantir au quotidien les droits fondamentaux des enfants par l’accès au sport.
  • Favoriser le maintien dans l’hébergement et l’accès et le maintien dans le logement.

Les organismes publics ou privés, notamment les associations régies par la loi de 1901, peuvent candidater au présent appel à projets.”

Oui, la Collectivité a bien signé un “Plan Pauvreté” avec l’Etat dont on ne connait le contenu ou le calendrier mais qui semble tellement peiner dans sa mise en place que les 2 Millions d’euros qui y sont couchés pourraient bien s’évaporer.

Pôle Solidarités Famille…

Le pôle a vécu plusieurs “révolutions” internes depuis que la Team Gibbs est arrivée au pouvoir et qu’Annick Petrus en assumait la charge politique. Le premier des changements était l’arrivée d’une nouvelle DGA en la personne de madame Marrien.

Mais l’élue est aujourd’hui sénatrice et le flambeau a été transmis à Sofia Carti devenue Vice Présidente et dont on ne peut nier qu’elle soit l’une des élus les plus proches de la population.

Pour autant, et parce que l’urgence est encore plus prégnante qu’avant la crise induite par la COVID-19, l’efficience des actions du pôle doit trouver les moyens d’une “up-grade” historique si l’on veut pouvoir déployer l’ensemble de ces dispositifs amortisseurs et éviter un emballement de la crise sociale qui s’annonce.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.