Temps de lecture estimé : 5 minutes

Enfourcher un vélo électrique aux allures de Harley-Davidson et se refaire “Easy Rider” sur les routes de Saint-Martin, c’est désormais possible avec Wild Project SXM.  Oliver ne s’est pas toujours déplacé en 2 roues mais dès son plus jeune âge il ne tenait pas en place, et bouger c’était plus fort que lui comme ancré au plus profond de son ADN. 

Ainsi, après avoir effectué une scolarité sans problème mais sans passion, ce trentenaire Marseillais se dirige dans une voie professionnelle comptabilité et gestion tout en assouvissant sa passion pour les sports de glisse : skateboard dans les rues, snowboard à la montagne, bodyboard sur la côte landaise et surf bien sûr. 

Il a à peine 20 ans lorsqu’il part s’installer en Angleterre puis fait une incursion dans l’hôtellerie et finit par entamer une reconversion entre région parisienne et Normandie où il retape une ferme abandonnée. 

Life on the fast lane

Juste après avoir donné le dernier coup de marteau, il navigue entre immobilier et restauration pour finalement se fixer dans la communication juste au moment où internet explose. 

Olivier a plusieurs leash à son surf : création de sites web, photos, vidéos, marketing, etc… bref jusqu’à ses 35 ans, il n’a pas une minute à lui à tel point qu’il délaisse quelque peu ses planches à son plus grand regret, pris dans un tourbillon d’activités certes rémunératrices mais ô combien chronophages et qui lui laissent bien peu de temps libre pour assouvir ses passions. 

C’est alors qu’il réalise qu’il serait peut-être temps de mettre un frein à tout cela, voire de carrément changer de cap. Pourquoi ne pas prendre une année sabbatique et faire le tour du monde, par exemple ? Mais c’est un autre tourbillon qui va agir comme un déclencheur. 

Le tour du monde peut attendre 

Tourbillon, le mot est faible puisqu’il s’agit ni plus ni moins du cyclone Irma qui va faire les dégâts que l’on sait sur tous les habitants de Saint-Martin. Parmi eux, se trouve le père d’Olivier, Saint-Martinois d’adoption, dont le bateau-charter est entièrement détruit par la catastrophe, et qui décide de retrousser ses manches pour reconstruire l’île ravagée par les éléments; et il ne lui a pas fallu longtemps pour convaincre son fils de venir lui prêter main forte. 

Lui qui ne comptait pas se fixer si tôt quelque part, voilà Olivier qui met ses projets de globe-trotter entre parenthèses et décide de poser son sac ici quelque temps tout en étudiant les éventuelles possibilités d’une nouvelle reconversion. 

Le constat est évident : il y a bien trop de circulation pour un aussi petit territoire, qui plus est sur ce coin de paradis entièrement dédié au tourisme. Ne serait-il pas judicieux d’envisager un moyen de transport plus ludique et plus agréable, ne serait-ce que pour les vacanciers pour qui le temps n’est pas compté ? 

Le vélo, c’est son rayon 

La machine à idées se remet en marche dans le cerveau bouillonnant d’Olivier qui en conclut que le vélo à propulsion électrique pourrait être une solution pour fluidifier le traffic tout en offrant un projet loisirs aux touristes aussi bien qu’aux résidents. Il se souvient qu’en métropole il allait surfer en vélo lorsqu’il était plus jeune, et il n’était pas le seul à agir ainsi, alors pourquoi pas à Saint-Martin ? 

Action, réaction, il se renseigne sur les possibilités d’importation de 2 roues avec la ferme intention de ne pas céder à la tentation de la facilité, et c’est ainsi qu’il contacte le seul fabricant d’engins au look si particulier qu’ils ressemblent à s’y méprendre à des motos qui auraient été customisées version rétro. Ruff Cycles pour ne pas la citer, est une entreprise allemande qui commence à faire parler d’elle dans ce domaine depuis bientôt 10 ans et qui apporte un peu de rock’n’roll dans l’industrie du vélo. 

Wilder Bike made in SXM

De même, Michaël Blast une marque qui a évolué grâce à un groupe d’amis venus de régions éloignées du globe, unissant leurs forces pour créer une gamme vraiment unique et abordable de vélos électriques d’inspiration vintage, aux noms évocateurs : café racer, greaser, outsider, etc… 

Des chasseurs de vagues sur la Sunny Coast australienne aux voyageurs attirés par les lumières de Toronto en passant par les aventuriers des dernières régions inexplorées de l’Europe, le “lifestyle” de la marque est aussitôt adopté par ceux qui l’essayent. 

Non content de devenir le seul concessionnaire pour toute la région Caraïbe, Olivier Racca propose aussi des modèles exclusifs de “fat bikes” estampillés Wilder Bike assemblés à Saint-Martin. Ayant trouvé un local approprié au cœur du spot touristique de la Baie Orientale, il offre désormais la possibilité à ses clients de louer, de tester et d’acheter n’importe quelle machine à des prix plus que raisonnables, et son plus grand bonheur c’est de voir les randonneurs revenir à son shop avec un sourire rayonnant de plaisir. 

Alors quel que soit votre âge, pour une balade dans la nature sans avoir à fournir trop d’efforts, il faut absolument tenter l’expérience Wild Project SXM.

Wild Project SXM est sur Facebook et sur internet : http://www.wildprojectsxm.com/ Tél : 0690 881-888  

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.