Temps de lecture estimé : 3 minutes

La crise du Covid-19 a eu un impact sans précédent sur les résultats de l’année 2020 :

  • Chiffre d’affaires de 11,1 milliards d’euros, en baisse de 59% par rapport à l’année dernière
  • Perte d’EBITDA de -1,7 milliard d’euros, limitée grâce à la maîtrise des coûts
  • Les coûts nets de personnel du groupe ont diminué de 35% en 2020 par rapport à l’année dernière, grâce à des réductions de personnel, des mécanismes de soutien des états et des salaires réduits en raison de la baisse de l’activité. Le nombre moyen d’ETP (équivalent temps plein) en décembre 2020 a diminué de 8 700 par rapport à décembre 2019
  • Résultat d’exploitation à -4,5 milliards d’euros, en baisse de 5,7 milliards d’euros par rapport à l’année dernière
  • Résultat net de -7,1 milliards d’euros, dont une provision pour restructuration de -822 millions d’euros, une pour sur-couverture de carburant de -595 millions d’euros et une pour dépréciation de la flotte de -672 millions d’euros
  • Dette nette de 11,0 milliards d’euros, en hausse de 4,9 milliards par rapport à fin 2019
  • Au 31 décembre 2020, le groupe dispose de 9,8 milliards d’euros de liquidités et de lignes de crédit

OUTLOOK

Après un trafic de Noël positif sur le domestique France et vers les Caraïbes & Océan indien, les restrictions de voyage ont été renforcées en France, aux Pays-Bas et au niveau mondial, ayant un impact négatif sur le trafic du groupe au premier trimestre 2021.

En raison des confinements et des restrictions de voyage toujours en vigueur, le groupe prévoit un premier trimestre 2021 difficile, avec un EBITDA inférieur à celui du quatrième trimestre 2020.

La visibilité sur la reprise de la demande est toujours limitée car les réservations des clients sont beaucoup plus orientées court terme et dépendent aussi fortement des restrictions de voyage imposées tant sur le réseau long-courrier que moyen-courrier.

Dans ce contexte, le Groupe s’attend à une capacité en sièges-kilomètres offerts à l’indice 40 environ pour Air France-KLM au premier trimestre 2021 par rapport à 2019 pour l’activité Réseaux passage en raison de l’environment négatif.
Le groupe augmentera progressivement sa capacité jusqu’à l’été 2021 et s’attend à une reprise du trafic au cours des deuxième et troisième trimestres 2021 grâce au déploiement du vaccin.

Le groupe Air France-KLM continue de travailler sur des solutions de quasi-fonds propres et de fonds propres afin de renforcer son bilan et attend des progrès dans les semaines à venir. Les discussions se poursuivent avec la Commission Européenne dans le « cadre temporaire » (TF).

PERSPECTIVES

Après un trafic de Noël positif sur le domestique France et vers les Caraïbes & Océan indien les restrictions de voyage ont été renforcées en France, aux Pays-Bas et au niveau mondial, ayant un impact négatif sur le trafic du groupe au premier trimestre 2021.
La visibilité sur la reprise de la demande est toujours limitée car les réservations des clients sont beaucoup plus orientées le court terme et dépendent aussi fortement des restrictions de voyage imposées tant sur le réseau long-courrier que moyen-courrier.

Le groupe augmentera progressivement sa capacité jusqu’à l’été 2021 et s’attend à une reprise du trafic au cours des deuxième et troisième trimestres 2021 grâce au déploiement du vaccin.

Pour l’instant, KLM n’est pas en mesure d’effectuer des vols de passagers entre les Pays-Bas et l’Afrique du Sud, l’Amérique du Sud et le Royaume-Uni, alors que la France a interdit tout voyage non essentiel en provenance et à destination de la France. Au lieu d’augmenter progressivement la capacité au cours du premier trimestre, il a fallu la réduire.

Retrouvez le détail des résultats du groupe ici.

Commenter avec Facebook
A propos de l’auteur

Communiqués, internautes, divers, "Autre" se charge de signer les articles qui rentrent de cette catégorie variée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.