Temps de lecture estimé : 5 minutes

Mercredi dernier, l’EEASM, pour Etablissement des Eaux et de l’Assainissement de Saint-Martin, et la SAUR qui assure le service public de l’eau par délégation, accompagnés du Président Gibbs, de la Conseillère Exécutive Marie Dominique Ramphort (par ailleurs membre du CA de l’EEASM) conviaient la presse ainsi que les principaux acteurs du secteur à une visite de l’UPEP (Usine de Production d’Eau Potable, ex-UCDEM) en plein travaux.

Une visite pédagogique pour rappeler que l’EEASM, outil de la Collectivité, s’investit lourdement pour que le service public de l’eau soit à la hauteur des exigences réglementaires et que le prix de l’eau pour le consommateur n’ait pas à subir l’impact des travaux de remise à niveau de réseaux ou de l’outil de production historiquement pas assez entretenus.

Pourquoi ces travaux…

L’eau reste une problématique stratégique pour Saint-Martin qui est réputée île sèche, soumise à des conditions climatiques parfois très contraignantes, dont certains équipements apparaissent obsolescents et que la population met pourtant à rude épreuve avec une consommation croissante qui signifie aussi des besoins en assainissement accrus.

Actuellement, la capacité de production de l’UPEP est d’environ 6700M3/jour, la consommation elle est de l’ordre de 6500m3/jour. Cette marge de sécurité de 200 m3/jour n’est évidemment pas suffisante pour permettre une exploitation sans risque de l’outil, interdit les interventions trop lourdes ou ne permet pas de faire face à des “casses” trop importante sans induire des coupures d’eaux parfois sévères.

Passer d’une production de 6700 m3/jour à plus de 8500 m3/jour

C’est en ce sens que des travaux ont débuté pour permettre à terme d’atteindre une production d’environ 8500 m3 par jour. Durant cette phase de travaux et pendant les 4 mois à venir, l’alimentation en eau potable va donc vivre des perturbations plus ou moins sérieuses qui imposeront la mise en place de tours d’eau.

Pour un montant de 4.5 M€, cette sécurisation de l’outil de production au bénéfice des usagers et du développement à venir du territoire est à n’en pas douter une réalisation que le Président Gibbs compte bien épingler au bénéfice de sa mandature et de son bilan et il ne s’en est pas caché : “S’il y a une chose dont nous pouvons être fiers, c’est que malgré les aléas, nous avons pu sortir d’une double DSP qui pesait trop sur le prix de l’eau et qui n’assurait pas forcément le meilleur entretien des infrastructures pour signer avec la SAUR une DSP unique, beaucoup plus transparente et qui a eu comme premier impact de voir le prix de l’eau baisser pour le consommateur.”

Certains secteurs subiront donc des coupures ponctuelles de façon à ne pas mettre en péril la globalité de l’adduction. L’EEASM diffusera régulièrement un planning des secteurs concernés tout en signifiant que les secteurs à enjeux strétégiques ne subiront pas de coupure et que le maximum sera fait pour que les établissements scolaires ne soient pas coupés en dehors des périodes week end.

Comment appréhender cette période ?

Pour Jean-Marie Giacone, Monsieur SAUR à Saint-Martin, la sécurisation de la distribution en eau potable passe par deux axes qu’il ne faut pas disjoindre. Augmenter la capacité de production est une évidence mais qui ne doit pas occulter que la chasse aux fuites sur les espaces publics comme sur les espaces privés doit être une priorité absolue. Monsieur Giacone évoque évidemment la gestion problématique des réseaux privés sur les copropriétés et le statut contesté de certaines portions de réseau : publics ou privés. En passant, il n’aura pas hésité à rappeler que malgré certains réseaux sociaux : l’eau du robinet est parfaitement potable !

Augmenter la production, mais aussi réduire les fuites !

Quoiqu’il en soit et pour les 4 mois à venir, il est impératif que le citoyen joue un peu son rôle en maîtrisant sa consommation d’eau. Si ailleurs cet axe fait l’objet de vraies campagnes de sensibilisation en ce que l’eau est une ressource stratégique majeure, ces travaux peuvent peut être participer  d’une meilleure prise en considération de cette “or bleu” qui pour ce qui nous concerne nécessite de lourds investissements avant d’atteindre nos robinets.

Gérez votre consommation !

Et toutes autres actions relevant du bon sens qui sauront peut être perdurer au delà de cette période de travaux.


Dossier-de-Presse

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.