Temps de lecture estimé : 2 minutes

Nos camarades de la FSAS-CGTG du Centre Hospitalier Louis Constant Fleming sont en grève depuis plus de deux semaines, donnant suite à l’appel à la grève générale de la FSAS-CGTG du 03 Septembre 2021.

Après avoir fait face à diverses tentatives de la Direction relevant formellement de l’entrave à l’action syndicale, une négociation était en cours ce jour – jeudi 05 Octobre 2021 – sous l’égide du D.R.H. de l’Etablissement et en l’absence de la Direction Générale.

Après une très longue journée de négociation et d’avancées sérieuses, c’est en fin d’après-midi que devait être signé un protocole qui convenait au personnel gréviste. C’est à ce moment que nous apprenions la présence, dans les murs, de la Direction Générale revenant de Paris.

Il a fallu deux suspensions de séance pour permettre, par un vas et viens, d’harmoniser les positions sauf qu’à la deuxième suspension trois mots posaient problème à la Direction Générale : « Sous pli confidentiel ».

Que demandions-nous ? De respecter la réglementation du travail qui veut que seule la médecine du travail doit avoir accès au dossier médical des agents, donc vaccinal. Cette réglementation n’a aucunement été remplacée par la loi du 05 Août qui prévoit, certes, la gestion des informations sur la situation « vaccinale » des agents mais avec un flou qui ouvre la voie à toutes les dérives possibles.

C’est donc pour éviter ces dérives que nous estimons que ces trois mots ont leur importance mais, c’est aussi cela qui dérange la Direction Générale du C.H.L.C.F.. Quel peut être l’intérêt de la Direction d’avoir ces informations confidentielles si ce n’est pour remplir les grilles statistiques de l’ARS ou en faire un usage inapproprié ?

Nous l’avons déjà dit, cette loi – comme toutes les autres depuis le début de l’épidémie – n’a aucun objectif sanitaire mais n’est qu’un moyen de faire exploser le Droit protecteur en général, et, le cadre protecteur de l’intimité médicale des travailleurs, en particulier. Le « dialogue social » et « le respect des patients « sont souvent dans la bouche de ceux-là même qui sont prêts à bafouer le respect de la personne humaine sous prétexte d’urgence sanitaire.

La FSAS-CGTG prend acte de cette posture de la Direction et poursuit le mouvement en attendant le retour de la raison.

Contact : Marceline DESSOUT – Secrétaire de Section Syndicale (0690.88.83.09)

Commenter avec Facebook
A propos de l’auteur

Communiqués, internautes, divers, "Autre" se charge de signer les articles qui rentrent de cette catégorie variée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.