Temps de lecture estimé : 4 minutes

Le Conseil territorial devait se réunir jeudi 16 décembre afin d’entériner quelques mesures capitales avant la fin de l’année, parmi lesquelles la modification du POS pour la construction du collège 900, l’épineuse question des 50 pas géométriques ou encore des dispositions visant à la normalisation fiscale des loueurs saisonniers particuliers.

Raté de peu !

Les débats n’ont pu se tenir, faute de quorum. En effet, à l’heure de début prévue (9h00), seuls 12 élus territoriaux étaient physiquement présents là où la loi en exige 13.

Celui qui aurait pu “sauver” la réunion, le treizième, est arrivé à 9h50, victime, comme nous tous ces derniers jours, des monstrueux bouchons qui entravent la circulation entre Hope Estate et Marigot, en raison notamment des travaux en cours au rond point d’Agrément. Mais l’atteinte du quorum ne devait pas être un objectif partagé par tous puisque deux élus de l’opposition, Jules Charville et Marthe Ogundele-Tessi, ont décidé de quitter l’hémicycle à l’arrivée du retardataire, Jean-Raymond Benjamin. Superstitieux ne voulant se retrouver à 13 à table ?  Anxieux d’êtres les seuls membres de l’opposition présents ? Opportunistes face à l’adversité et à l’importance de certains sujets ou avis émis en commissions ?

Quoiqu’il en soit, le président s’est vu contraint d’annuler la séance, il a ensuite partagé sa frustration sur sa page Facebook en ces termes : “Le quorum des élus n’étant pas réuni ce matin, la séance du Conseil territorial a été levée. En raison de l’absence de trop nombreux élus, et du départ de deux membres de l’opposition, ce sont des délibérations importantes pour le développement du territoire qui ne pourront être entérinées aujourd’hui. Les tactiques politiciennes génèrent des souffrances pour le peuple. Je prends acte de cette situation déplorable.”

Comment vous dire ?…

Il est vrai qu’en ces temps troubles de campagne électorale, la position des uns et des autres interroge et mérite que l’électeur soit au fait des comportements de ceux et celles qui dans quelques temps solliciteront sa confiance. 

Donc… Séance plénière du jeudi 16 décembre : 

  • 10 élus de la majorité “présents et à l’ordre”, porteurs de 3 procurations (Sofia Carti, Jean-Sébastien Hamlet et Annette Philips) ; 
  • 1 retardataire de la majorité ;
  • 2 membres de l’opposition présents qui décident de partir avant qu’un constat de quorum (attendu durant 50 minutes) ne puisse permettre le début de la réunion ;
  • 2 autres membres de l’opposition absents même pas excusés, Louis Mussington et Bernadette Davis, alors qu’ils sont candidats déclarés aux prochaines élections au sein du RSM ;
  • 5 autres conseillers territoriaux absents sans procuration : Annick Petrus, Maud Ascent-Gibs, Ambroise Lake, Dominique Riboud et Alain Gros-Desormeaux.

On peut aisément comprendre que le dernier (AGD, excusé par ailleurs), élu MVP et donc orphelin de groupe (au conseil territorial et pour les prochaines élections), n’ait de fait aucun homologue naturel à qui confier sa voix. Est-il utile d’évoquer ici l’absence de relations et la claque mise aux électeurs par l’alliance MJP-Hope qui n’aura vécu que le temps du deuxième tour mais qui nous sera tout de même, selon au moins une hypothèse tangible, de nouveau proposée en 2022 ?? Enfin, que dire de l’absence de procuration de 5 membres d’une majorité qui en compte 18 ??? 

Vu de notre humble statut de commentateurs en chaise longue, mais néanmoins électeurs, cela ressemble fort à un réel problème de confiance entre colistiers de la Team d’une part,  mais aussi à un parfait mépris quant au mandat de représentation confié à ces élus. Et dire que dans quelques semaines, l’on voudra nous convaincre de l’importance de faire entendre notre voix dans les urnes… En échange, Mesdames et Messieurs les élus et futurs élus, nous exigeons, à défaut de sens des responsabilités, un minimum de respect !

En attendant, la prochaine séance du Conseil territorial aura lieu dimanche 19 décembre puisque le Code général des Collectivités territoriales prévoit que “si, au jour fixé par la convocation, le conseil territorial ne se réunit pas en nombre suffisant pour délibérer, la réunion se tient de plein droit trois jours plus tard et les délibérations sont alors valables quel que soit le nombre des présents.”

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.