Temps de lecture estimé : 3 minutes

C’est un retour aux vraies valeurs culinaires avec peu ou pas de nouvelle cuisine ni de plats spectaculaires à base d’azote liquide… 

Si l’on en croit le rapide tour d’horizon effectué sur les cartes de plusieurs restaurants de l’île, les menus qui sont affichés pour célébrer dignement la fin de l’année ne brilleront pas par leur originalité. Peur de l’incertitude ou limitation volontaire de prise de risques ? Toujours est-il que les gastronomes fêtards se verront proposer des mets, certes de qualité mais bien peu étonnants, probablement d’ailleurs pour le plus grand plaisir de la plupart d’entre eux.

Les valeurs sûres

Au hasard des rues et après quelques coups d’œil curieux sur les réseaux sociaux, nous avons sélectionné un panel représentatif des restaurants de Saint-Martin pour en arriver aux conclusions suivantes : 

Les coquilles Saint-Jacques seront de la fête un peu partout, tout comme l’incontournable foie gras et les huîtres. Le saumon sera également servi sur de nombreuses tables et il semblerait que la truffe sous toutes ses formes soit un des principaux éléments d’accompagnement des ultimes plats consommés en 2021. Signalons au passage le grand retour du bœuf qui s’était fait plutôt rare ces dernières années, même si le chapon reste encore parmi les favoris.

Du fer, du zinc, du sélénium et du manganèse dans les assiettes

Pas de panique, vous en mangez presque tous les jours et vous en mangerez aussi juste avant de présenter vos vœux aux convives attablés avec vous. En effet, la coquille Saint-Jacques fait partie des mets raffinés dont la chair, particulièrement appréciée à cette période de l’année, est très riche en fer. L’huître, quand à elle, est plus connue des spécialistes pour son goût iodé que pour sa teneur record en zinc, ainsi qu’un intéressant taux de sélénium et de manganèse. Rassurez-vous, ce ne sont que des éléments naturels, vous pouvez les absorber sans crainte.

Crise de foie (plutôt qu’une…)

Fidèles à notre réputation de bons vivants, les Français sont les plus grands consommateurs de foie gras, pas seulement pour les fêtes de fin d’année. D’ailleurs la France est de loin le plus grand pays producteur suivie par le reste de l’Europe, les États-Unis et la Chine. Toutefois, une certaine prise de conscience sur les conditions dans lesquelles est effectué le gavage des oies et des canards a amené certains pays à promulguer des lois contre la production, la commercialisation et la consommation de foie gras sous la pression d’associations militant pour le bien-être animal. Y pensera-t-on vraiment avant les 12 coups de minuit ? Rien n’est sûr…

La truffe déclarée patrimoine culturel  par l’UNESCO

Afin de ne pas rester sur une touche négative, il faut savoir que la recherche et le cavage de truffes viennent d’être sélectionnés sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO  dans la catégorie “connaissances et pratiques traditionnelles en Italie” … Oups, les meilleures truffes ne seraient-elles donc pas françaises ?…

François Rabelais, Gargantua : “Le grand Dieu fit les planètes et nous faisons les plats nets”

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.