Temps de lecture estimé : 2 minutes

En 2019 il avait traversé l’Atlantique dans un tonneau (!) dérivant pendant 4 mois au fil de l’eau entre les Canaries et l’île Sainte Eustache, cette fois-ci ce sera à la forces des bras. 

Alain Bombard connu pour avoir traversé l’Atlantique en 65 jours à bord d’un canot pneumatique en 1952 avait déclaré : “Une barrique mise à l’eau au large des Canaries met 3 mois pour arriver aux Caraïbes” ; c’est cette phrase qui a donné l’idée à Jean-Jacques Savin de tenter l’expérience en réalisant ce projet fou qui le hantait depuis des années. 

Tirant les leçons de sa première traversée, il est reparti de Faro au Portugal le 1er Janvier dernier à bord de “L’Audacieux”, un canot de 8 m de long, 1.70 m de large, équipé de deux cabines à l’avant et à l’arrière et d’un poste de rame au centre. 

Il a embarqué 300 kilos d’équipements, dont un système de chauffage, un fusil-harpon pour pêcher, un dessalinisateur d’eau, sa mandoline et de la nourriture lyophilisée, sans oublier du champagne pour fêter son anniversaire (75 ans le 14 Janvier).  Son programme est simple : ramer 8 heures par jour, “Et quand ça soufflera fort, je m’enferme”, dit-il tout simplement sans montrer davantage d’inquiétude.

Un entraînement intensif et plus de sécurité

Son départ prévu mi-Décembre a dû être reporté afin de pouvoir bénéficier des meilleures conditions possibles, il en a donc profité pour peaufiner son entraînement jusqu’à la dernière minute ajoutant ainsi quelques millimètres de corne sur ses mains qui vont être à rude épreuve durant les semaines à venir, et sans lesquelles la réussite de ce pari insensé risque d’être compromise. Pour naviguer en toute sécurité, il bénéficie d’une protection qu’il ne possédait pas en 2019, notamment un code qui permet d’être vu par les radars des cargos qui croisent sa route.

Jean-Jacques Savin compte arriver aux Antilles vers le début du mois d’Avril, et si son objectif demeure la Martinique, il se pourrait bien qu’on l’aperçoive à l’horizon de nos côtes dans 3 mois selon les caprices des courants et des vents dominants. En attendant, on peut suivre sa progression sur la page Facebook dédiée où l’on retrouve son journal de bord (presque) quotidiennement. 

https://www.facebook.com/Jean-Jacques-Savin-Traversée-de-lAtlantique-à-la-rame

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.