Temps de lecture estimé : 4 minutes

L’évolution de la rédaction du journal et le départ de deux « journalistes » vers la Collectivité et la cause électorale pouvaient laisser penser que j’arrêterai de faire paraitre le journal historique de SAINT MARTIN pour que s’impose le silence médiatique et que disparaisse une « certaine presse » qui conserve une indépendance totale et porte une information sans concession. 

Nous avons connu quelques soubresauts, les dernières semaines, et le Journal n’a pas pu paraître la semaine dernière. A partir de ce numéro, le ST MARTIN’S WEEK s’est doté des moyens humains et techniques pour poursuivre sa parution. 
L’existence d’un journal indépendant qui a pris le parti d’être un journal d’opinion, s’avère difficile, soumis à de multiples pressions et stratégies… 

Cet éditorial constitue pour le « ST MARTIN’S WEEK » un nouveau départ et je réaffirme ci-dessous les principes qui nous guident :
– Le ST MARTIN’S WEEK reste un journal indépendant, l’ensemble des rédacteurs ne reçoit aucune consigne ou instruction quant ses articles, aujourd’hui comme hier. Les articles depuis la reprise en 2016, ont été rédigés en toute liberté et correspondent leur vision de la vie politique ou sociale.
– Toute information publiée par l’organe de presse est vérifiée et nous évitons de mettre en cause les personnes, sauf dans des cas précis.
– Le Journal est accessible à tous les citoyens de SAINT MARTIN (ou d’ailleurs), associations, groupes politiques ou autres, sous réserve de respecter les règles de déontologie, pas depropos haineux, racistes, ou diffamatoires.
– J’appliquerai des règles simples, pour la période électorale qui s’annonce, le Journal sera ouvert à partir du 4 mars, (date d’ouverture de la campagne) à l’ensemble des listes qui devront nous transmettre leurs déclarations dans un format défini, de manière à respecter un équilibre parfait entre les candidats.

Il reste que jusqu’à la date de l’ouverture officielle de la campagne, le Journal fera l’analyse des programmes et affichera ses opinions en toute liberté. Je ferai aussi l’inventaire de la mandature avec, surtout, la prise en compte des périodes decrise et les soubresauts de notre société.

Le verdict de cette mandature a  été donné par le sondage effectué par le  « ST MARTIN’S WEEK » qui conduit aux appréciations suivantes :
59% de la population considère que le bilan du Président est insatisfaisant, et 62%, que la situation du territoire est mauvaise. Ce sondage ne fait que confirmer une opinion généralement répandue.
Il reste dans ces consultations aux multiples candidatures à préparer à la population un programme et un mode de gouvernance qui s’inscrivent dans la réalité et les besoinsimmédiats de la population…

J’ai développé dans différents éditoriaux, un certain nombre de propositions qui sont les résultats d’une concertation et d’un travail récent avec différents acteurs de notre société et qui, à travers leurs organismes ou associations, leurs professions, travaillent sur la réalité sociale. J’inscris à nouveau dans ces propositions, mes priorités absolues qui restent l’emploides jeunes et l’amélioration du niveau de vie de la population.
Il me semble aussi que le rétablissement d’une démocratie participative s’impose avec une association aux enjeux stratégiques de toutes les forces vives du territoire, à travers toutes les organisations ou structures représentatives. L’exercice d’un pouvoir solitaire crée de réels tensions et rejets qui ne contribuent aucunement à la cohésion ou à la paix sociale.

Il faut enfin que le programme s’inscrive dans le domaine du réel et d’une politique de proximité.
Il restera ensuite à construire la technostructure locale en valorisant les ressources locales et les personnels de la Collectivité. Il ne s’agit pas d’afficher une vague intention, mais de proposer des solutions efficaces et innovantes.

Le « ST MARTIN’S WEEK » reste un témoin éveillé de cette  évolution, voire une sentinelle. Le Journal ne sera pas absent de ce débat et à partir de l’ouverture de la campagne dans unestricte neutralité.Le  « ST MARTIN’S WEEK » quelque soient les vicissitudes ou résultats des élections, vivra pour l’approfondissement de la démocratie, pour valoriser ce territoire et offrir à chacune ouchacun un moyen d’expression.

« Notre liberté dépend de la liberté de la presse et elle ne saurait  être limitée sans être perdue » (Thomas JEFFERSON)

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.