Temps de lecture estimé : 7 minutes

Louis Mussington propose un projet pour le redressement de Saint-Martin

Dimanche 3 Avril dernier, se sont déroulés les traditionnels votes du Conseil Territorial pour l’élection du Président et du Conseil Exécutif, ainsi que les délibérations pour la mise en place des nouvelles gouvernances de la commission d’appel d’offre et des différents établissements publics.

C’est devant l’Hôtel de la Collectivité, dont les murs orange avaient été fraîchement repeints en blanc pendant la nuit, que s’est tenue la cérémonie d’investiture du nouveau Conseil Territorial. Venus nombreux, les invités ont assisté aux votes installant la nouvelle mandature puis au discours de politique générale du nouveau Président.

Louis Mussington a été élu à l’unanimité par les 23 membres du Conseil Territorial, lors du premier scrutin présidé par Bernadette Davis, doyenne du Conseil. S’en sont suivis les longs et interminables votes pour désigner les membres du Conseil Exécutif. Si la liste, conduite par Alain Richardson avait été préparée et validée à l’avance, le Président sortant, Daniel Gibbs, par une tentative inespérée d’obtenir un deuxième siège au Conseil Exécutif, n’a pu s’empêcher de présenter une seconde liste, conduite par lui-même. Interruption de séance!

En effet, la loi prévoit, en cas d’absence de consensus, un délai d’une heure avant la tenue du scrutin. Heureusement, une légère brise soufflait, par cette chaude journée, sur les invités quelque peu agacés.

Reprise des votes à 11h42, avec le traditionnel défilé des élus devant l’urne, pour désigner la liste puis, un à un, chacun des quatre vice-présidents. Avec 18 voix sur 23, la liste d’Alain Richardson remporte la victoire, obtenant 5 sièges sur les six, ce dernier étant attribué à Daniel Gibbs. Le Conseil Exécutif est alors immédiatement installé, comme suit :

Président : M. Louis MUSSINGTON

1 er Vice-Président : M. Alain RICHARDSON

2 e Vice-Président : M. Frantz GUMBS

3 e Vice-Président : Mme. Dominique LOUISY-DEMOCRITE

4 e Vice-Président : M. Michel PETIT

Membres du Conseil exécutif: Mme. Martine BELDOR et M. Daniel GIBBS

Après la proclamation des résultats, le Président fraîchement élu a prononcé son premier discours, gratifié à plusieurs reprises de vifs applaudissements, par une assemblée transportée par un élan nouveau et plein d’espoir, devant la renaissance annoncée de « notre belle île ».

« Cette élection est pour moi le symbole de l’unité. »

C’est d’abord sous la métaphore de l’arc-en-ciel que Louis Mussington fait valoir la cohabitation des nombreuses cultures qui font la richesse de notre territoire : « En préservant nos identités, nous devons pouvoir bâtir un socle commun pour un vivre-ensemble nourri de nos différences et de nos richesses respectives. C’est cela la beauté de l’arc-en-ciel. ». Pour redresser Saint-Martin et sortir de l’impasse, il a ensuite invité tous ses adversaires à participer au nouvel élan qu’il entend impulser avec son équipe, et à unir leurs forces aux leurs «pour notre pays que nous aimons ».

Et pour gommer encore un peu plus les tentatives de division communautaire qui ont eu cours durant la campagne, il rappelle que la réponse populaire a été sans appel et complimente la population de Saint-Martin, qui a su « résister aux attaques perfides, aux mensonges éhontés, à la peur et aux menaces dont la bassesse n’honore pas leurs auteurs. »

« Depuis dimanche, j’ai senti comme une vague, un grand appel d’air. La parole s’est libérée, la joie se lit sur les visages et le peuple se met à croire en la possibilité d’écrire une belle page de notre destinée. »

Changement de gouvernance, changement d’hommes et de méthodes. « …je ne suis pas venu ici pour accaparer tous les pouvoirs. C’est une équipe qui a été élue et j’en suis le capitaine». Tonnerre d’applaudissements. Louis Mussington n’entend pas gouverner seul. Il gouvernera avec son équipe, en initiant des outils de démocratie participative.

Il dit vouloir rester au contact quotidien du peuple, solliciter l’avis de la population, en activant les Conseils de Quartier et en multipliant les forums d’échanges. Il propose d’ailleurs d’instaurer, dès cette année, des rencontres directes et régulières avec tous les Saint-Martinois. Second tonnerre d’applaudissements lorsqu’il précise qu’il tient à promouvoir des cadres issus de Saint-Martin, « pour donner à notre action sa pleine mesure

“ Notre équipe doit tout faire pour réduire la fracture sociale ”

Il déroule ensuite avec conviction les sept grands axes de son programme.

1 – Faire de Saint-Martin un territoire durable et résilient au changement climatique. Car, sur un territoire comme le nôtre, « la culture du risque doit imprégner toute la société ».

2 – Mettre en place un plan Jeunesse pour l’aider à s’insérer dans la société.

C’est par le travail que, selon lui, cette insertion doit d’abord se faire. Il veut relancer la commande publique en faisant jouer la clause d’insertion sur tous les marchés, favoriser la création d’entreprises et appuyer la mission locale. La formation et l’apprentissage sont essentiels et il annonce avoir déjà pris contact avec l’Université des Antilles pour que soient installées à Saint-Martin dès la rentrée 2022 plusieurs formations diplômantes. Il informe également de la création future du SMA (Service Militaire Adapté), au profit des jeunes de 18 à 25 ans.

3 – Contribuer à la redynamisation économique de Saint-Martin.

Le tourisme restant l’axe principal du développement de l’économie, Valérie Damaseau, en charge de ce secteur, travaillera rapidement à la diversification de l’offre touristique. En adéquation avec une politique active de préservation du patrimoine naturel et culturel de l’île, elle développera cette nouvelle tendance qu’est le tourisme écologique.

4 – Nous inscrire pleinement dans la prochaine programmation européenne.

Il est inadmissible que Saint-Martin, qui enregistre un retard de développement, n’ait pas pu consommer tous les fonds qui lui avaient été alloués. Les élus devront être formés à la gestion des programmes opérationnels européens 2021-2027, pour que Saint-Martin puisse tirer profit de toute cette manne financière.

5 – La cohésion sociale est au cœur de notre démarche.

Face à la situation dégradée que connaît Saint-Martin, dont attestent les chiffres du chômage et de la délinquance, le pôle social devra jouer pleinement son rôle, en partenariat avec les organismes sociaux et les associations, de façon à réduire la fracture sociale.

6 – Pour un pacte de confiance avec l’Etat.

« C’est en toute confiance dans les futures relations avec l’Etat que nous entamons cette mandature. » La nouvelle équipe en place collaborera le plus souvent possible avec les services de la Préfecture, tout en tenant à exercer pleinement les compétences que la loi confère à la Collectivité. Après concertation avec les forces vives du territoire, la question de l’amélioration de la Loi Organique sera posée, dans le cadre de ce pacte de confiance.

7 – Renforcer la coopération

Enfin, Louis Mussington et son équipe souhaitent la mise en place d’une coopération plus stratégique avec la partie hollandaise sur des questions d’intérêt commun, où il est possible de réaliser des économies d’échelle en mutualisant les moyens. Les applaudissements retentissent à nouveau passionnément sous le chapiteau. Puis, il conclut l’énonciation de son programme, avec ces mots, évoquant une meilleure coopération avec l’ensemble de la Caraïbe : « L’identité caribéenne est une composante essentielle de l’identité saintmartinoise », déclenchant de vives acclamations dans le public. Clôturant ce discours empreint d’enthousiasme, le cocktail a ensuite été servi aux invités, à la limite de l’hypoglycémie – l’un d’entre eux a d’ailleurs fait un malaise –, pendant que le Conseil délibérait en salle, pour la constitution des nouvelles commissions et conseils d’administration des établissements publics de Saint-Martin. Que dire pour conclure, outre le fait qu’après tant d’allégresse, chaque Saint-Martinois espère que la Collectivité est entre de bonnes mains, et que toutes ces bonnes intentions seront bien suivies de réalisations.

Le St Martin’s Week restera une sentinelle de la démocratie, comme l’a rappelé Jean-Paul Fischer dans notre précédente édition, continuant à jouer son rôle d’observateur critique de la vie de notre territoire.

Commenter avec Facebook

2 comments

  1. Bonjour ,
    Pensez à nos éleveurs, l’abattoir est important pour eux , les travaux doivent s accélérer pour permettre de promouvoir leurs cheptels made in st Martin.
    Ils sont prêts!!!
    Merci

  2. Bonjour,
    Je ne sais pas si vous avez remarqué mais y’a un soucis avec la photo de l’article. Elle n’est pas bien cadrée malheureusement on ne voit pas notre nouveau Président.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.